Création du Studio Modulaire à l’Esam

« (…) d’envisager la technologie comme une ligne de fuite qui traverse toutes les pratiques, tous les acteurs, toutes les scènes, tous les niveaux de la chaîne éditoriale du monde contemporain, et bouleverse en profondeur les équilibres anciens qui la soutenaient.

(…) d’œuvrer à l’encontre de tout messianisme technologique ou à rebours contre toute vision d’apocalypse.

(…) Le numérique n’est pas une région particulière de la réalité : c’est l’horizon dans laquelle toute la réalité peut être réinterprétée.

(…) Dès lors, on comprend que l’art numérique ne soit pas un certain genre particulier de l’art, mais une dimension virtuellement toujours ouverte à toute pratique artistique (…) Convenons d’appeler art numérique non pas un art qui fait appel à telle ou telle technologie, mais un art qui explore cette transition ontologique. »

Norbert Hillaire, L’art dans le tout numérique (éditions Manucius, 2015) Conférence Jeudis de l’imaginaire, chaire « Modélisations des imaginaires, innovation et création », ParisTech.

Le STUDIO MODULAIRE est un nouveau format pédagogique au sein de l’ésam Caen/Cherbourg qui s’articule autour d’un espace permanent dédié à des étudiants et à des projets qui souhaitent interroger la place des langages et des outils numériques dans la création. Il fonctionne comme un laboratoire ouvert plus que comme un atelier thématique. Il propose un mode de fonctionnement spécifique et complémentaire de l’offre pédagogique actuelle.

Le STUDIO MODULAIRE est un espace d’initiation à la recherche, à l’expérimentation individuelle et collective faisant notamment aux outils « classiques » de la création audiovisuelle mais aussi au code créatif et aux outils d’interfaçage mécaniques, numériques et électroniques. Il favorise le développement de projets d’installations, de dispositifs, d’objets, de performances dont la maitrise nécessite un temps long.

Le STUDIO MODULAIRE est un centre de ressources et une plateforme de mutualisattion de matériel, de compétences et de réflexions. C’ est un outil de veille et de réflexion théorique et critique sur la création et les nouvelles écritures liées au développement des technologies. Il développe une plateforme de veille et de ressources en ligne.

Le STUDIO MODULAIRE privilégie des contacts avec le milieu professionnel, l’environnement et l’actualité culturelle et contribue à la professionnalisation des étudiants.

Le STUDIO MODULAIRE propose 4 niveaux d’accueil :

– Des initiations techniques hebdomadaires ouvertes à tous les étudiants de l’école.

– Un accueil et un accompagnement permanent pour des propositions pédagogiques d’enseignants de toutes les disciplines et pour des projets personnels d’étudiants.

– Un atelier (Atelier modulaire) à destination des DNA3

– Un statut de résident pour des étudiants de 4ème et 5ème année qui développent leurs projets personnels, participent à l’ensemble des propositions du STUDIO et contribuent à son fonctionnement (échanges de compétences, tutorats de projets…). Ce statut est validé chaque semestre par l’obtention de 5 crédits et ils bénéficient d’un accueil permanent dans l’espace.

L’équipe du Studio Modulaire :

  • Enseignants : Nicolas Germain, David Dronet
  • Assistant d’enseignement : Christophe Bouder
  • Technicien référent : Alain Quellier
  • Conseiller  et expert technique extérieur : Sylvain Garnavault

Site web dédié à venir…

Publicités

Portes ouvertes à l’esam

17-01_aff-po-ok-ter

☆ Journée portes ouvertes ☆
ésam Caen/Cherbourg
Samedi 4 février 10h-18h (sites de Caen et de Cherbourg)

Au programme :
▪ Rencontres avec les étudiants, les enseignants et l’équipe pédagogique
▪ Présentation de la classe préparatoire, des différentes options de l’enseignement supérieur (Design graphique, Communication et Art) et des ateliers grand public
▪ Visites du bâtiment, des ateliers techniques (sérigraphie, lithographie, reliure, menuiserie, modelage, métal, labo photo, son et vidéo) mais aussi des espaces de travail des étudiants
▪ Programmation de performances
▪ Projection de films
▪ Expositions

INFOS PRATIQUES
▷ ésam Caen/Cherbourg – www.esam-c2.fr/

Sounds of War

Léa Le Bricomte Sounds of War

Exposition du 7 juillet au 28 août 2016 – Porte des Allemands – Metz

Vernissage mercredi 6 juillet à 18H / Concert d’obus à 19H (performance sonore de Léa Le Bricomte, avec Philippe Pannier.

jmnc_LeaLeBricomteRepros43lr--1

© Léa Le Bricomte | Stupa, missiles, bois, 2016

Les œuvres de Léa Le Bricomte opèrent à des croisements de territoires fondamentalement contradictoires. L’opposition guerre-paix y trouve une place majeure en traversant un ensemble d’œuvres où les objets liés au monde guerrier se trouvent affublés d’une autre fonction et par conséquent d’une nouvelle signification. Les munitions aux calibres multiples, les obus de mortier, les fusées éclairantes ou encore les grenades à fusil qui, initialement, avaient une fonction offensive et/ou défensive sont recontextualisés dans un champ ludique, méditatif et altruiste. Le processus de détournement génère une conversion de la mort à la vie (…)
(En 2014) elle réalise Sounds of war, une nouvelle version du mandala composée de cent obus datant de la Première Guerre Mondiale disposés chacun sur un petit coussin habituellement destiné à supporter un bol chantant tibétain. L’ensemble de l’installation repose sur un tapis circulaire noir dont le centre comporte un motif imprimé représentant de manière stylisée la roue du Karma tibétaine. Son dessin et sa symbolique impliquent une double lecture nous renvoyant à deux étapes symboliques de la vie : la mort et la fusion des énergies, par extension elle désigne la renaissance. La roue guide le sens de l’œuvre qui est à la fois une sculpture (muette et inactive) et un dispositif performatif (sonore et actif). L’œuvre connaît une mutation de son statut du fait de la charge musicale des obus, qui, lorsqu’ils sont compris et manipulés comme des instruments de musique, sonnent à la manière des bols chantants tibétains. La sculpture devient une zone performative lorsque Léa Le Bricomte invite une douzaine de musiciens à jouer une musique nouvelle en révélant « le potentiel des obus reprogrammés en instruments de paix. » L’intervention du corps, l’exécution de gestes ancestraux, l’activation sonore et l’écoute du public engendrent la mutation de l’œuvre. Par le déplacement des fonctions et des symboles, nous assistons à la réactivation de différentes traditions. Décontextualisées et reformulées, les pratiques du mandala et du bol chantant tibétain sont réinscrites dans une création à la fois personnelle et collective.

Julie Crenn

Make: Electronics

Un livre intéressant pour les bases d’électronique et en pdf sur le site du MIT :

http://web.mit.edu/david733/Public/Make%20-%20Electronics%20Dec%202009.pdf

Capture d’écran 2016-04-02 à 23.20.32

(Merci AD pour l’info 🙂

Atelier d’initiation électronique à l’Esam

Mise en place à l’ESAM d’un atelier d’initiation à l’électronique à l’attention des étudiants de 3e, 4e et 5e années, animé par Alain Quellier notre technicien, qui a une bonne connaissance du domaine. C’est un atelier ouvert et permanent qui aura lieu le soir entre 20H et 22H et permettra de s’initier à l’électronique liée au son. Pour la première session, chaque participant apprendra à monter un amplificateur audio, dans le but de faire un ampli 8 entrées et 8 sorties, qui sera utilisé pour des installations sonores. C’est un ampli de petite puissance en vue d’utiliser des haut-parleurs de type autoradio. Nous apprendrons le rôle d’une résistance, d’un transistor, et des autres composants.

electronique_ampli_bf_009

Première session, montage d’un ampli, les 25 et 27 avril 2016

Sortez les fers à souder !

Atelier Modulaire : Trames

C’est parti pour une nouvelle session de l’Atelier Modulaire, cette fois en compagnie d’Alexandre Joly. Pour suivre cette session, rendez-vous sur www.ateliermodulaire.org

Alexandre Joly développe depuis plusieurs années un travail lié à la création sonore. Qu’il s’agisse de dispositifs installés ou de performances, un des axes de son travail est d’explorer le son comme matière à sculpter.

…Il y a dans les pièces d’Alexandre Joly, un matériau qu’il emploie avec constance, les piézos. De petits hauts-parleurs low- tech en forme de pastilles qu’il a d’abord trouvés puis récupérés dans des cartes postales d’anniversaire ou dans des cartes musicales, puis soudés entre eux si bien qu’ils constituent un circuit — longiligne, évanescent, doré — de fls, de câbles, de flaments. Ainsi mis en réseau, le son des piézos se transforme en même temps que ceux-ci produisent une forme graphique, fgurent un monde imaginaire, animal et sensible. Pauvreté des moyens, telle que Robert Filliou pouvait l’exprimer dans son projet poétique et plastique, mais aussi dans la perspective des outils sonores que, faisant feu de tout bois, les plasticiens expérimentent. En effet, cassettes magnétiques, disques vinyles, instruments de musiques, transistors et magnétophones offrent autant de médiums aux artistes sonores qui — se situant dès lors dans une autre dimension artistique que celle des musiciens — explorent des notions comme le temps, l’espace, le paysage ou l’imaginaire avec des sons qu’ils appréhendent d’un point de vue visuel, plastique, sculptural…

Alexandre Castant

IMG_9167

A suivre : Adrien Lefevre

Né à Caen en 1985, Adrien Lefebvre vit et travaille à Paris. Diplômé du DNSEP avec félicitations du jury, a l’école Supérieure d’Arts & Médias de Caen/Cherbourg en 2013, il participe à plusieurs expositions collectives : « Le Chapitre des bifurcations », abbaye-aux- Dames de Caen en 2014 ; « À suivre… 2013 », Esam Caen Cherbourg en 2013 ; « SOUND ∆ WHISPERS », installation sonore collaborative au Musée des Beaux-Arts, Caen en 2013, qui sera présentée pour différents festivals tels que Nordik Impakt à Caen, Fusion en Allemagne, Court Circuit à Caen. Il a également réalisé plusieurs performances en tant que musicien/ performeur notamment à Paris (Galerie Treize), à Offenbach (Cross Media Night HfG) ou encore Granville durant la nuit des soudeurs. Son travail naît du rapport entre le son, l’objet et le mouvement. En le faisant saturer, crier, résonner, son but premier est de repousser l’objet dans ses retranchements. De manière général, le spectateur est opposé de manière frontale à celui-ci, autant par la brutalité de l’objet que par la mise en place du lieu

Plus d’infos ici : http://adrienlefebvre.fr/

big_2014_02_AbbayeCaen_AdrienLefebvre_HR_01

big__MG_48160