Max Feed – Max Neuhaus

Hors-série D’Ailleurs, la revue de recherche de l’Institut supérieur des beaux-arts de Besançon, Max Feed est le résultat d’une réflexion collective sur l’héritage de Max Neuhaus, considéré comme le père de l’installation sonore.

À l’intersection de différentes terminologies et modes de perception, l’artiste américain Max Neuhaus a revendiqué une conception émancipatrice de l’expérience sonore à travers des œuvres pionnières comme Listen (1966) et Drive-in Music(1967) mais aussi, plus largement, par le biais d’une production « topographique » marquant un passage historique de la musique au son.
Articulant les rapports d’attention entre individu et environnement dans une perspective transdisciplinaire – art, science, design sonore, urbanisme, paysagisme –, l’écologie de l’écoute de Neuhaus constitue l’une des expériences fondatrices des sound studies.
Les traductions de textes majeurs, rééditions et contributions inédites d’artistes et auteurs réunies dans ce volume prolongent l’exposition collective « Max Feed » présentée en 2016 au Frac Franche-Comté, puis à l’Institut supérieur des beaux-arts de Besançon. Elles abordent les stratégies d’attention, les interactions et les transcodages liés à une sensorialité raréfiée et discrète.
Si, pour Neuhaus, le son est une affaire transculturelle, il est ici question de mobiliser des écoutes multiples (musique programmée, espace urbain et consumériste, radiophonie et télécommunications, son subaquatique, perception réduite et augmentée, psychoacoustique), tout en opérant une relecture critique de notions telles que l’immersion, l’« acousmanie » ou la présence sonore.
Au-delà des développements possibles de l’écoute contextuelle, la réflexion ouverte par Max Feedprocède d’un parti pris consistant à considérer le son non comme une manifestation ontologique, mais comme une entité relationnelle participant à la production de l’espace social.

Publié suite aux expositions « Max Feed – Œuvre et héritage de Max Neuhaus » au Frac Franche-Comté, du 09 octobre au 30 décembre 2016, et « Mix-Feed » à l’Institut supérieur des beaux-arts de Besançon, du 10 novembre au 9 décembre 2016.

Daniele Balit est commissaire d’expositions, théoricien et historien de l’art, vivant à Paris. Il est professeur d’histoire de l’art et de culture générale à l’Institut supérieur des Beaux-Arts de Besançon. Il est membre fondateur de la plateforme curatoriale 1:1projects à Rome et initiateur de Birdcage, galerie temporaire et itinérante autour des pratiques sonores. Docteur en histoire de l’art (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne), sa thèse porte sur l’origine des expérimentations sonores et sur leur impact dans les contextes d’exposition. Grâce au soutien à la théorie et critique d’art attribué par le Cnap en 2014, il poursuit cette investigation par un travail sur la figure et l’héritage de l’artiste Max Neuhaus. Ses activités de recherche concernent la question de l’in situ, de l’espace public, de l’extra-muros ou de l’intervention discrète.

Max Neuhaus (1939-2009) est un artiste américain. Il a commencé sa carrière comme interprète du répertoire pour percussions des musiques expérimentales dans les années 1960 (Stockhausen, Cage, Feldman, etc.), pour ensuite se consacrer au travail du son dans le champ des arts plastiques, à travers notamment des interventions dans l’espace public sous forme d’installation sonore (dont il forgera le terme), ainsi qu’au design sonore. Artiste de renommée internationale, ses œuvres sont présentées de manière permanente à Times Square, New York, USA (Dia: Beacon) ; la Kunsthaus de Graz, Autriche ; le Castello di Rivoli, Museo d’Arte Contemporanea, Italie ; CAPC Musée d’Art Contemporain de Bordeaux ; le AOK Building de Kassel et la ville de Stommeln en Allemagne. Il a par ailleurs eu des expositions au MoMA, au Whitney Museum of American Art, à New York ; à l’ARC, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris ; le Centre National d’Art Contemporain de Grenoble ; la Kunsthalle de Bâle et la Kunsthalle de Bern en Suisse ; il a participé également aux Documenta 6 et 9 de Kassel et à la Biennale de Venise).
Publicités

Long String Installations

Sortie de l’album LONG STRING INSTALLATIONS de PAUL PANHUYSEN

Het Apollohuis vous invite à la soirée de lancement de l’album 3-LP

SAMEDI 2 JUIN 2018 A 18H00 ZKM

Centre pour l’art et les médias, Karlsruhe, Allemagne | Salle de conférence avec une exposition de photographies et une vidéo de diverses installations à cordes longues.

zkm.de/de/veranstaltung/2018/06/paul-panhuysen-long-string-installations

Triple album édité par les éditions Telemak : http://www.edition-telemark.de

Une édition « classique » et une édition spéciale dans un Tote Bag avec le livre « Long Strings 1982-2011 » édité en 2012 par Het Apollohuis, et 6 cartes postales…

Festival ]Interstice[ #13

La 13e rencontre des inclassables aura lieu du 9 au 20 mai 2018

avec :

ADAM BASANTA CA / THIBAUT BELLIÈRE FR / COLLECTIF MANOEUVRE FR / RUBÉN D’HERS VE.DE / PAUL DUNCOMBE FR / GRAHAM DUNNING GB / ETHEREAL STRUCTURE FR / FRED H. FR / GRAND ORCHESTRE PLAGE SONORE FR / HERMAN KOLGEN CA / THOMAS LAIGLE FR / ADRIEN LEFEBVRE FR / JOANIE LEMERCIER FR.BE / OLA MACIEJEWSKA PL.FR / TRISTAN MÉNEZ FR / ROBERT PRAVDA RS.NL / OLIVIER RATSI FR / DAVID SHAW GB.FR / THOMAS TILLY FR / TRISOMIE 21 FR / GREEN MUSIC > TOMOKO SAUVAGE JP.FR + FRANCESCO CAVALIERE IT.DE / VEIK FR/ MARTIN MESSIER CA + YRO FR / ROBOTLAB > MATTHIAS GOMMEL, MARTINA HAITZ, JAN ZAPPE DE

Téléchargez le dossier de presse

Publication, « Le mur du son. Quand le son fait sens »

 

Dans son dernier numéro, la revue de la Bibliothèque nationale de France décide de « franchir le mur du son », pour dévoiler la charge de sens – culturel, social… – que dissimule cet ensemble de ré…

Source : Publication, « Le mur du son. Quand le son fait sens »

Parution de Mind Travels

Parution de Mind Travels, ouvrage de photographie célébrant la collaboration du photographe Francis Meslet à la collection de musique ambiant et expérimentale « Mind Travels », initiée par le label Ici, d’ailleurs. Les visuels de Meslet, des lieux laissés à l’abandon, offrent un écho tout particulier à la démarche musicale de la collection. La publication, splendide, s’accompagne d’une compilation de pièces musicales sélectionnées parmi les albums « Mind Travels ».
La collection « Mind Travels », initiée par le label Ici, d’ailleurs en 2014, est dédiée aux musiques ambient, néo-classiques et industrielles, avec comme sous-texte affirmé leur hybridation, et ce afin de toujours proposer des disques inattendus et de promouvoir une vision artistique jusqu’au-boutiste. En ce sens, si les artistes « Mind Travels » partagent cette même volonté, les premiers volumes de la collection témoignent d’une réelle diversité, chaque disque constituant une approche nouvelle au sein d’un espace d’expression favorisant la prise de risque.
Cette forte identité musicale va de paire avec une charte graphique spécifique, conçue autour du travail du designer Francis Meslet. Ce photographe émérite définit lui-même son travail comme « une autopsie de l’image sous toutes ses décompositions ». Il est constamment à la recherche de lieux laissés à l’abandon et tente d’en saisir toute la force évocatrice malgré leur apparente absence de vie. Obsédé par le détail qui changera la perception d’un espace donné, il réinssuffle, en quelques clichés, âme et dynamisme à des environnements en prise aux dégâts du temps, désertés par l’activité humaine.
Les visuels de Francis Meslet donnent un écho tout particulier à la démarche musicale développée par « Mind Travels ». Musique et visuel se rejoignent ici dans le but commun de transcender les sens et tentent de produire un discours de fond sur la manière de percevoir et réceptionner une œuvre.
paru en octobre 2017
édition bilingue (français / angais)
30 x 24,5 cm (relié) + CD audio
152 pages (142 ill. coul.)
40.00 €
ISBN : 978-2-9561460-0-1
EAN : 9782956146001

Le grain des choses

Présentation du projet Le grain des choses, un projet de revue sonore mais aussi une coopérative d’auteurs et d’auditeurs. Parce qu’il est important de renouer avec d’autres manières de raconter ce…

Source : LE GRAIN DES CHOSES ‹ La Semaine du Son

Fondement(s) Derniers jours…

Il reste quelques jours pour aller poser une oreille ou deux sur la multidiffusion de Fondement(s), fruit d’une année de résidence au Musée d’Art Histoire & Archéologie d’Évreux.
D’autre part l’installation Neighbourhood 2 sera exposée au Château Musée de Eu dans le cadre de l’exposition collective « Ralentis« , une carte blanche donnée à Thibault Leforestier sur la collection du Frac Normandie-Rouen.
Fondement(s) au Musée d’Art, Histoire & Archéologie d’Évreux.
Dispositif en multidiffusion & édition sonore.
Exposition du 19.09 au 8.10.2016
Entrée libre
Musée d’Art Histoire & Archéologie – 6 rue Charles Corbeau, 27000 Évreux
578bd89c-dadb-483c-b42d-e22b7b38b928
Ralentis au Château-Musée de Eu
Vernissage le 14.10 à 18h – Exposition jusqu’au 13.11.2016
Commissariat Thibault Leforestier
Avec David Claerbout, Franck Dubois, Maïder Fortuné, Anne Sophie Maignant, Matthias Müller, Noé Nguyen, Annelise Ragno, Simon Ripoll-Hurier, Hans Schabus, Aurélie Sement et Santeri Tuori.
Châ­teau-Mu­sée de Eu, La sel­le­rie, 76260 Eu
f443b229-503c-4648-9947-4687002ef232