Hear Electronic Ladyland, a Mixtape Featuring 55 Tracks from 35 Pioneering Women in Electronic Music

Given that we’ve previously featured two documentaries on electronic music pioneer Delia Derbyshirean introduction to four other female composers who pioneered electronic music (Daphne Oram, Laurie Spiegel, Éliane Radigue & Pauline Oliveros), and seven hours of electronic music made by women between 1938 and 2014, no loyal Open Culture reader could claim ignorance on the theme of this new mixtape, Electronic Ladyland. It comes from the French musical project Arandel, whose members remain anonymous and could therefore be of any gender, but who, in these 45 minutes (made of 55 different tracks by 35 female composers), display a mastery of the field.

« We realized that an unconscious feminine electronic music Internationale has existed throughout the ages and we wondered whether a secret intuition might have gathered around shared research, » says Arandel in a translated interview. « Was their mutual desires achieved differently in different countries, with different tools in different timezones? The idea was to see what would happen if we gathered them in the same fictitious room for 45 minutes, and built a choir from all their productions. »

Arandel’s interviewer describes the musicians in the mix as coming from « very different musical horizons: we find academic learned musicians, research music composers and experimenters who used to do DIY works composed for advertising or television in a pop or easy listening context, some eccentric women like The Space Lady or Ruth White. » We also hear from famous names like Laurie Anderson and Wendy Carlos, and Delia Derbyshire. « What she accomplished is fascinating, » says Arandel of Derbyshire, « as is listening to her talk about her interesting work in documentaries, » and they’ve also included work from Daphne Oram, Laurie Spiegel, Eliane Radigue, and Pauline Oliveiros, subjects of the other documentaries we’ve posted here.

Electronic Ladyland drops you right into a retro-futuristic sonic landscape equally danceable and haunting, one with great variety as well as an unexpected consistency. It provides not just a kind of brief overview of what certain generations of female composers discovered with their new and then-strange electronic instruments and other devices, but one you may well want to keep in your library for frequent listening. It will also, according to Arandel, make you think: « There is an almost magic link between women and electronic music, from the 50’s / 60’s. Have you asked yourself the question of social, artistic, maybe magic reasons behind this link? » Hit the play button, and you may start. Find the list of tracks below.

1. Glynis Jones : Magic Bird Song (1976)

2. Doris Norton : Norton Rythm Soft (1986)

3. Colette Magny : « Avec » Poème (1966)

4. Daphne Oram : Just For You (Excerpt 1)

5. Laurie Spiegel : Clockworks (1974)

6. Pauline Oliveiros : Bog Bog (1966)

7. Megan Roberts – I Could Sit Here All Day (1977)

8. Suzanne Ciani : Paris 1971

9. Laurie Anderson : Tape Bow Trio (Say Yes) (1981)

10. Glynis Jones : Schlum Rooli (1975)

11. Ruth White : Mists And Rains (1969)

12. Wendy Carlos : Spring (1972)

13. Ann McMillan : Syrinx (1978)

14. Delia Derbyshire : Restless Relays (1969)

15. Maggi Payne : Flights Of Fancy (1986)

16. Else Marie Pade : Syv Cirkler (1958)

17. Daniela Casa : Ricerca Della Materia (1975)

18. The Space Lady : Domine, Libra Nos (1990)

19. Johanna Beyer : Music Of The Spheres [1938]

20. Maddalena Fagandini : Interval Signal (1960)

21. Eliane Radigue : Chryptus I (1970)

22. Ruth White : Owls (1969)

23. Ursula Bogner : Speichen (1979)

24. Beatriz Ferreyra – Demeures Aquatiques (1967)

25. Doris Norton : War Mania Analysis (1983)

26. Tera De Marez Oyens : Safed (1967)

27. Daphne Oram : Rhythmic Variation II (1962)

28. Mireille Chamass-Kyrou : Etude 1 (1960)

29. Laurie Spiegel : Drums (1983)

30. Teresa Rampazzi : Stomaco 2 (1972)

31. Teresa Rampazzi : Esofago 1 (1972)

32. Suzanne Ciani : Fourth Voice: Sound Of Wetness (1970)

33. Ursula Bogner : Expansion (1979)

34. Alice Shields : Sacrifice (1993)

35. Megan Roberts and Raymond Ghirardo : ATVO II (1987)

36. Laurie Anderson : Drums (1981)

37. Doris Hays : Somersault Beat (1971)

38. Lily Greenham : Tillid (1973)

39. Ruth Anderson : Points (1973-74)

40. Pril Smiley : Kolyosa (1970)

41. Catherine Christer Hennix : The Electric Harpsichord (1976)

42. Joan La Barbara : Solo for Voice 45 (from Songbooks) (1977)

43. Slava Tsukerman, Brenda Hutchinson & Clive Smith : Night Club 1 (1983)

44. Monique Rollin : Motet (Etude Vocale) (1952)

45. Sofia Gubaidulina : Vivente – Non Vivente (1970)

46. Ruth White : Spleen (1967)

47. Doris Hays : Scared Trip (1971)

48. Daphne Oram : Pulse Persephone (Alternate Parts For Mixing)

49. Maggi Payne : Gamelan (1984)

50. Laurie Spiegel : The Unquestioned Answer (1980)

51. Ursula Bogner : Homöostat (1985)

52. Wendy Carlos : Summer (1972)

53. Suzanne Ciani : Princess With Orange Feet

54. Pauline Oliveiros : Poem Of Change (1993)

55. Suzanne Ciani : Thirteenth Voice: And All Dreams Are Not For Sale (1970)

via Electronic Beats

Related Content:

Hear Seven Hours of Women Making Electronic Music (1938- 2014)

Two Documentaries Introduce Delia Derbyshire, the Pioneer in Electronic Music

Meet Four Women Who Pioneered Electronic Music: Daphne Oram, Laurie Spiegel, Éliane Radigue & Pauline Oliveros

1200 Years of Women Composers: A Free 78-Hour Music Playlist That Takes You From Medieval Times to Now

The History of Electronic Music in 476 Tracks (1937-2001)

The History of Electronic Music, 1800-2015: Free Web Project Catalogues the Theremin, Fairlight & Other Instruments That Revolutionized Music

Based in Seoul, Colin Marshall writes and broadcasts on cities and culture. He’s at work on a book about Los Angeles, A Los Angeles Primer, the video series The City in Cinema, the crowdfunded journalism project Where Is the City of the Future?, and the Los Angeles Review of Books’ Korea Blog. Follow him on Twitter at @colinmarshall or on Facebook.

Pour te rejoindre

En décembre, Kasper T. Toeplitz présente « Pour te rejoindre », une création audio/video Immersive inspirée de l’oeuvre peinte de Judith Bartolani ”Les funérailles de Sara”

 

Textes et dessins: Judith Bartolani
Video: Dominik Barbier
Image: Anne Van den Steen
Musique: Kasper T. Toeplitz
au Mémorial des Déportations, site du Musée d’histoire de Marseille
Esplanade de la Tourette, 13 002 Marseille
vernissage le 19 décembre 2019
ouvert du 20 décembre 2019 au 20 décembre 2020

Nouveau CD « Interférences »
_Cello_Titan (violoncelle et live-electronics ; cello Brice Catherin)
_Reflux-Reformation (percussions et live-electronics ; percussions Tom de Cock)
_Secteurs d’interférences (flûte et  live-electronics ; flûte Erik Drescher)
Compositions et live-electronics : Kasper T . Toeplitz
CD in-possible records

Concert de Suzanne Ciani

Concert de Suzanne Ciani dans le cadre du Festival ]interstice[ pour un concert-performance unique le 6 mai 2010 à 20h au Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie.
Pionnière de la musique électronique et du design sonore, elle est aujourd’hui à plus de 70 ans une figure emblématique : compositrice, chercheuse, productrice.

Avec plus de quinze albums à son actif, des centaines de logos sonores pour les plus grandes marques américaines et des jeux-vidéos, des musiques de films, des concerts dans le monde entier, Suzanne Ciani continue d’expérimenter et de jouer son instrument favori qu’elle a rencontré à la fin des années 60 : le Buchla, un synthétiseur modulaire analogique inventé par Don Buchla.

Si Suzanne Ciani a fait le choix de l’électronique c’est parce que c’était le seul territoire musical où en tant que femme, elle pourrait s’exprimer en toute liberté : « Au départ, je voulais créer un espace où je me sentais en sécurité, un endroit où l’on puisse être soi-même et se sentir bien. Et j’ai fait ça avec la musique électronique. »
Concert en quadriphonie, sensualité du son, expérience immersive, les ondes de Suzanne Ciani surnommée la Diva des diodes, parcourent l’espace et nos corps : les vagues sont son mantra.

Organisé par Festival ]interstice[, le CCNCN, Neuvième Ruche, l’ésam de Caen/Cherbourg, l’Interfaculty de La Haye et l’Unique

https://ccncn.eu/evenement/suzanne-ciani/?fbclid=IwAR02-UA2Vtez-JVzA1yuQWEKvDqO9-P-AZ35V9zBOlZmN6sq1kkUptywMcU

Le Mans Sonore, biennale internationale du son

LE MANS SONORE : LA PREMIÈRE BIENNALE INTERNATIONALE DU SON

« Le Mans Sonore, première biennale internationale du son, aura lieu au Mans du 2 au 8 décembre 2019 à travers toute la ville. Elle marque l’ambition de donner de la visibilité à notre excellence acoustique pour en faire un événement culturel grand public au service du rayonnement du territoire. Les activités acoustiques au Mans présentent en effet un niveau d’expertise sans égal et une source d’attractivité reconnue à l’échelle planétaire dans le milieu universitaire et professionnel.

Tous les acteurs concernés par l’acoustique au Mans (l’université, l’école supérieure d’art et de design, la Scène nationale, la Ville du Mans, Le Mans Métropole, Superforma, l’Itemm…) se sont associés autour du son, pour en faire l’identité de la ville, le temps de la biennale et au-delà. La démarche de coconstruction est totalement inédite et le contenu de l’événement est extrêmement original. Ainsi, sous la forme d’animations, conférences, colloques, expositions,

concerts, performances, installations, le son investit tout l’espace public et devient une expérience collective à partager. Le Mans Sonore s’impose déjà comme un rendez-vous culturel incontournable qui touche tous les publics, des experts aux amateurs, une première en France. L’accès gratuit à une grande partie de la programmation, l’attention accordée aux publics en situation de handicap, aux scolaires et au jeune public témoignent de la volonté d’être ouvert au plus grand nombre. Venez tous partager cette nouvelle expérience culturelle en décembre prochain, pour faire ensemble de la Ville du Mans la capitale du son. »

Stéphane Le Foll – Maire du Mans

LE MANS SONORE, UN RENDEZ-VOUS QUI VA FAIRE DU BRUIT

« Le Mans, capitale du son ? Les atouts ne manquent pas pour ancrer la ville dans cette identité. Les structures et les formations d’excellence en expertise du son sont reconnues au-delà des frontières. Côté campus, Le Mans Université est le premier centre européen de formation d’acousticiens. Le Laum (Laboratoire d’Acoustique de l’Université du Mans) est le premier laboratoire européen en taille et en publications. Le CTTM (Centre de Transferts de Technologie du Mans) est un centre de recherche et développement en acoustique et vibrations de pointe. L’Itemm (Institut technologique européen des métiersde la musique) est le premier centre de formation à la facture instrumentale et l’école des Beaux- arts, l’Esad-Talm, offre une formation unique en design sonore.

C’est pourquoi, il est mis en place un nouvel événement culturel qui veut faire du bruit : une biennale du son nommée Le Mans Sonore, du 2 au 8 décembre. L’objectif ? Ancrer le son comme un marqueur fort et en faire une marque de fabrique. Comment ?

En présentant, les structures et l’excellence mancelle liées au son à travers des manifestations ludiques autour de l’acoustique. Une quarantaine de rendez-vous sera proposée tout au long de cette semaine acoustique : des installations sonores, des performances urbaines, des expériences inédites, des concerts, des spectacles, des conférences…

Le public est invité à vivre cette expérience originale qui représentera également un temps de formation et d’échanges de haute expertise pour les professionnels en association avec les structures culturelles telles que les Quinconces L’espal, les médiathèques, les Saulnières, le Carré Plantagenêt et Superforma. »

Service Communication – ville du Mans

TALM-LE MANS AU RENDEZ-VOUS DE LE MANS SONORE

En tant qu’acteur majeur local dans la formation en son, avec le DNSEP Design mention Design sonore, c’est tout naturellement que TALM-Le Mans fait force de proposition pour Le Mans Sonore.

Rodolphe Alexis, artiste sonore et professeur à TALM-Le Mans, à la charge de la programmation pour l’école a aussi bien réuni des artistes, que des compositeurs, des musiciens ou encore des designers sonores, diplômés de TALM-Le Mans. Cette programmation riche et hétéroclite constitue une quinzaine de temps forts de cette biennale (qui compte une quarante de rendez-vous).

Ludovic Germain, designer sonore et professeur à TALM-Le Mans, porte quant à lui le premier concours international en Design sonore dédié à l’objet et l’usage. Ce concours vise à valoriser, grâce à un nouveau prix français, le design sonore appliqué, c’est-à-dire un design qui valorise l’usage par le sonore. Il est ouvert aussi bien aux créateurs sonores, qu’aux musiciens, aux chercheurs ou encore aux ingénieurs son. L’appel à candidatures court jusqu’au 25 novembre 2019 inclus.

Autre participation de l’école : Radio-On, la radio des élèves, s’associe à Radio Alpa, la radio sarthoise des musiques actuelles. Le Mans Sonore Radio aura une émission quotidienne qui suivra l’actualité de la biennale, avec au programme des portraits d’artistes, des reportages, des live et même un marathon radiophonique de 24 h, à suivre sur Radio Alpa (107.3 fm), radioalpa.com et sur radio-on.org. En savoir plus.

DES PROJETS PÉDAGOGIQUES VALORISÉS

Les élèves de TALM-Le Mans sont également pleinement impliqués dans Le Mans Sonore.

Les élèves de la mention Design sonore ont créé le logo sonore. Logo dont les déclinaisons pourront être entendues dans les différents points de rendez-vous de la ville, mais également dans l’espace public, le tramway, etc.

Le workshop applicatif de rentrée, réunissant les élèves des mentions Design sonore et Design et territoires, les étudiants de l’ENSCI-Les Ateliers et l’IRCAM avait pour objet Le Mans Sonore. Une exposition des projets sera à retrouver à La Fabrique (rue Anatole France).

Le parcours sonore, Errance et rois, résultant du challenge créatif étudiant RFI-OIC, auquel les élèves en Design sonore, ont participé l’année passée, sera également au programme de Le Manssonore. L’occasion de découvrir l’histoire de la Cité Plantagenêt, mais aussi et surtout, un projet étudiant mené de concert entre les élèves de TALM-Le Mans, les étudiants du master Histoire, civilisations et patrimoine de Le Mans Université, de la spécialité Vibration acoustique et capteurs de l’École Nationale Supérieure des Ingénieurs du Mans et les étudiants en informatique de Le Mans Université. En savoir plus.

Une journée d’étude « Du soin vers l’hospitalité, approche sensible des territoires par le design et le sonore », organisée par Olivier Houix, chercheur à l’IRCAM et professeur à TALM-Le Mans et Miguel Mazeri, anthropologue et professeur à TALM-Le Mans se tiendra le mercredi 4 décembre. En savoir plus.

Programmation : http://www.lemans.fr/dynamique/des-idees-de-visite/le-mans-sonore/lagenda-du-mans-sonore/

City Sonic # 16

Pour sa seizième édition, ce festival international de création contextuelle (direction artistique : Philippe Franck, fondateur de City Sonic avec Transcultures) regroupe plus de 80 artistes belges et internationaux issus de différentes disciplines (musiques électroniques et contemporaines, arts visuels, littérature vivante/poésie sonore, arts numériques, création radiophonique, design…) dans divers lieux patrimoniaux et insolites, avec le son en trait d’union.

Andreas_Trobollowitsch-motorblues-art_sonore-sound_art-City_Sonic-Transcultures-2019

Émergences numériques et sonores
Après avoir longtemps été organisé à Mons où il est né en 2003 à l’initiative de Transcultures (Centre interdisciplinaire des cultures numériques et sonores), le festival international des arts sonores City Sonic est aujourd’hui une biennale qui investira, pour la première fois, et ce en mode hivernal, plusieurs villes du Brabant wallon, de fin novembre 2019 à fin février 2020.
Chaque édition de cette « manifestaSon » unique, présente des dizaines de projets in situ (des œuvres nouvelles  ou  réadaptées  en  fonction  du  lieu  d’accueil)  dans  un  esprit  à  la  fois défricheur, voyageur et fédérateur.
Pour sa seizième édition, ce festival international de création contextuelle (direction artistique : Philippe Franck, fondateur de City Sonic avec Transcultures) regroupe plus de 80 artistes belges et internationaux issus de différentes disciplines (musiques électroniques et contemporaines, arts  visuels,  littérature  vivante/poésie  sonore,  arts  numériques,  création  radiophonique, design…) dans divers lieux patrimoniaux et insolites, avec le son en trait d’union.

Maurice-Charles_JJ-Stephan_Dunkelman-Twitch-credits_visuel_Valerie_Vogt-art_sonore-sound_art-Louvain_La_Neuve-City_Sonic-Transcultures-2019

Outre  un parcours  sonore  en  ville composé  d’installations,  d’environnements,  de  dispositifs hybrides (pour la plupart des créations ou des premières belges) ou encore de salons d’écoute qui métamorphosent des lieux de patrimoine culturel et industriel (intérieurs et extérieurs) en mettant  en  espace  des  sons,  des  paroles  et  des  musiques  auxquels  peuvent  faire  écho  des images, City Sonic propose des concerts aventureux, des ateliers ludiques, des performances intermédiatiques,  un parcours  audio  géolocatif et  des  “sound  walks”,  des conférences et rencontres/séances  d’écoute commentées  (les  «  partages  d’écoute  »). City  Sonic  invite  à l’écoute active via une déambulation poétique au cœur des univers sonores d’aujourd’hui avec pour  chaque  proposition  un  dialogue  intime  entre  le  projet  artistique, l’espace  d’accueil  et l’auditeur/visiteur qui est convié à participer à cette audio métamorphose urbaine éphémère.
Cette édition 2019-2020, intitulée City Sonic Winter Sessions, fait la part belle aux découvertes et aux émergences numériques et sonores(le nom d’un programme d’accompagnement de projets d’étudiants de différentes écoles d’art de Wallonie-Bruxelles mais aussi de France mené à l’année par Transcultures et dont les meilleurs sont diffusés dans le festival) avec un focus sur les  jeunes  talents  et  les  nouvelles  pratiques  audio  hybrides sans  oublier les  pionniers  et  les électrons  libres  chers  aux  organisateurs  dans  leur  volonté  de  donner  une  plate-forme  de visibilité aux singularités rebelles aux classifications traditionnelles en créant des ponts entre différents genres et générations.
City Sonic#16 s’ouvrira à Louvain-la-Neuve le21 novembre 2019 (jusqu’au 1er décembre 2019, certains  événements  démarrant  avant et  s’arrêtant  un  peu  après)  et  se  poursuivra  en décembre à Braine-l’Alleud puis fin janvier à Bruxelles(en partenariat avec la Semaine du Son) avant de se clôturer à Wavre fin février 2020

Innovasound

INNOVASOUND. MUSIQUES CRÉATIVES ET INNOVATION SONORE

Avec Virtuality et le CENTQUATRE-PARIS, INNOVASOUND propose différents concerts, performances et expériences sonores créant et valorisant la rencontre de l’humain et de la technologie par le biais du son, de la musique et des musiciens.

photo-chronostasis-franck-vigroux-antoine-scmitt

UN ÉVÉNEMENT POUR L’ART, L’HUMAIN ET LE PROGRÈS
Le festival des musiques créatives et de l’innovation sonore INNOVASOUND est un événement conçu par le Collège Contemporain en partenariat avec le dispositif national des festivals labellisés « Réseau SPEDIDAM ». Il est implanté au cœur du salon Virtuality spécialisé dans les domaines de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée. Il se déroulera du 21 au 23 Novembre 2019 au CENTQUATRE-PARIS. INNOVASOUND s’approprie cet axe thématique des développements technologiques et permet des approches innovantes, immersives et spectaculaires des pratiques musicales et sonores d’aujourd’hui, à travers deux modalités : un festival et un village artistique.
UNE AVENTURE POUR TOUS LES PUBLICS
Les publics de Virtuality et du CENTQUATRE-PARIS bénéficieront d’une rencontre unique avec des artistes et des programmes d’univers variés ayant en commun le goût de l’exploration sonore, pour le renouvellement des modes de présentation du concert et de la dramaturgie musicale. À cet effet, une programmation sera proposée le jeudi et vendredi soir dans la grande salle 400 du CENTQUATRE-PARIS, avec des artistes tels que Vincent Ségal, Clément Saunier, Antoine Schmitt, Franck Vigroux, eRikm, interprétant des œuvres nouvelles et les répertoires de la création musicale. Pour conclure ce festival, une journée « immersion poétique » pleine de surprise sera proposée le samedi 23 novembre dans la salle 200 avec le Trio Sacher, l’Ensemble intercontemporain ainsi qu’une plongée dans l’univers de la Symphonie Fantastique avec le « Berlioz Trip AR » de Sonic Solveig Editions.
LA CRÉATION MUSICALE ET LE DÉVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE AU
CŒUR DE L’INNOVATION CULTURELLE
En s’implantant au sein même du salon Virtuality, le Village INNOVASOUND crée des ponts entre le milieu artistique et technologique sur un sujet qui touche tous les secteurs d’activités contemporains : l’innovation.
En proposant une exposition d’œuvres d’art immersives dans un environnement professionnel dynamique, en privilégiant les rencontres pragmatiques et concrètes des artistes, des entrepreneurs, des publics et de tous les acteurs culturels directement concernés par les transformations digitales et numériques, le Festival INNOVASOUND atteint son objectif premier : valoriser la rencontre de l’humain et de la technologie par le biais de la musique et des musiciens.
Plus d’infos ici : http://innovasound.fr

Bruits Blancs

Bruits Blancs est un festival dédié aux musiques expérimentales et aux créations numériques audiovisuelles.
Il est aussi dédié aux auteurs contemporains, lors de deux journées, ces derniers mettront en jeu leurs textes accompagnés par un musicien.
Pour sa 9ème édition,le festival se déroulera sur 9 jours, en Île-de-France, en Lozère et à Montpellier.

© Derek Holzer

PROGRAMMATION :
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
Jeudi 21 novembre
La Vignette – Montpellier – 19h15
SUPER LUMINUM (Cat Hope & Lisa MacKinney)
ERIC DA SILVA & JEAN-FRANÇOIS OLIVER – Rencontre auteur / musicien
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
Samedi 23 novembre
La Muse en Circuit – Alfortville – 20h
[ENTRÉE LIBRE]
FRANCK VIGROUX & KURT D’HAESELEER – The Island (Part 1)
CINNA PEYGHAMY
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
Mercredi 27 novembre
Anis Gras, le lieu de l’autre – Arcueil – 19h30
HÉLÈNE BRESCHAND, TAREK ATOUI & CÉCILE MONT-REYNAUD – Pandore
TONY CONRAD, EDITH ALONSO – Créations interprétées par l’ensemble Motus
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
Jeudi 28 novembre
Le Cube – Issy-les-Moulineaux – 20h30
[COMPLET]
SUPER LUMINUM (Cat Hope & Lisa MacKinney)
DEREK HOLZER – Vector Synthesis
ANTOINE SCHMITT & HORTENSE GAUTHIER – CliMax
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
Vendredi 29 novembre
La Muse en Circuit – Alfortville – 20h
ULRICH KRIEGER – RAW
CELLULE D’INTERVENTION METAMKINE (Jérôme Noetinger, Xavier Quérel & Christophe Auger)
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
Samedi 30 novembre
Anis Gras, le lieu de l’autre – Arcueil – 17h
Journée dédiée aux rencontres entre auteur.trice.s et musicien.ne.s
Auteur·trice·s : CLYDE CHABOT, JEAN CAGNARD, ISMAËL JUDE, NATAHALIE PAPIN, MICHEL SIMONOT
Musicien·ne·s : ULRICH KRIEGER, NATACHA MUSLERA, JULIEN DESPREZ, ERYCK ABECASSIS, SYLVAINE HÉLARY
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
Jeudi 5 décembre
La Vignette – Montpellier – 19h15
FRANCK VIGROUX & KURT D’HAESELEER – The Island (Part 1)
CHDH – Déciban
PATRICE SOLETTI & CHARLES ROBINSON – Rencontre auteur / musicien
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
Vendredi 6 décembre
Les Scènes Croisées de Lozère – Bagnols-les-Bains – 20h30
FRANCK VIGROUX & KURT D’HAESELEER – The Island (Part 1)
CHDH – Déciban
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
Samedi 7 décembre
Les Scènes Croisées de Lozère – Le Vialas – 18h
Journée dédiée aux rencontres entre auteur.trice.s et musicien.ne.s
Auteur·trice·s : CLYDE CHABOT, CLAIRE RENGADE, ISMAËL JUDE, JEAN CAGNARD
Musicien·ne·s : THIERRY MADIOT, AUDE ROMARY, NINA GARCIA, MARC SENS
Production : Ecarts / Anis Gras – le lieu de l’autre
Coproduction : La Muse en Circuit, Le Cube,Scènes Croisées de Lozère,La Vignette scène conventionnée Université Paul-Valéry Montpellier 3
Avec le soutien de Biennale Némo, DRAC IDF, SACEM, Spedidam
En partenariat avec L’Hiver Nu, Rudeboy Crew et la Cie d’Autres Cordes