Hear Electronic Ladyland, a Mixtape Featuring 55 Tracks from 35 Pioneering Women in Electronic Music

Given that we’ve previously featured two documentaries on electronic music pioneer Delia Derbyshirean introduction to four other female composers who pioneered electronic music (Daphne Oram, Laurie Spiegel, Éliane Radigue & Pauline Oliveros), and seven hours of electronic music made by women between 1938 and 2014, no loyal Open Culture reader could claim ignorance on the theme of this new mixtape, Electronic Ladyland. It comes from the French musical project Arandel, whose members remain anonymous and could therefore be of any gender, but who, in these 45 minutes (made of 55 different tracks by 35 female composers), display a mastery of the field.

« We realized that an unconscious feminine electronic music Internationale has existed throughout the ages and we wondered whether a secret intuition might have gathered around shared research, » says Arandel in a translated interview. « Was their mutual desires achieved differently in different countries, with different tools in different timezones? The idea was to see what would happen if we gathered them in the same fictitious room for 45 minutes, and built a choir from all their productions. »

Arandel’s interviewer describes the musicians in the mix as coming from « very different musical horizons: we find academic learned musicians, research music composers and experimenters who used to do DIY works composed for advertising or television in a pop or easy listening context, some eccentric women like The Space Lady or Ruth White. » We also hear from famous names like Laurie Anderson and Wendy Carlos, and Delia Derbyshire. « What she accomplished is fascinating, » says Arandel of Derbyshire, « as is listening to her talk about her interesting work in documentaries, » and they’ve also included work from Daphne Oram, Laurie Spiegel, Eliane Radigue, and Pauline Oliveiros, subjects of the other documentaries we’ve posted here.

Electronic Ladyland drops you right into a retro-futuristic sonic landscape equally danceable and haunting, one with great variety as well as an unexpected consistency. It provides not just a kind of brief overview of what certain generations of female composers discovered with their new and then-strange electronic instruments and other devices, but one you may well want to keep in your library for frequent listening. It will also, according to Arandel, make you think: « There is an almost magic link between women and electronic music, from the 50’s / 60’s. Have you asked yourself the question of social, artistic, maybe magic reasons behind this link? » Hit the play button, and you may start. Find the list of tracks below.

1. Glynis Jones : Magic Bird Song (1976)

2. Doris Norton : Norton Rythm Soft (1986)

3. Colette Magny : « Avec » Poème (1966)

4. Daphne Oram : Just For You (Excerpt 1)

5. Laurie Spiegel : Clockworks (1974)

6. Pauline Oliveiros : Bog Bog (1966)

7. Megan Roberts – I Could Sit Here All Day (1977)

8. Suzanne Ciani : Paris 1971

9. Laurie Anderson : Tape Bow Trio (Say Yes) (1981)

10. Glynis Jones : Schlum Rooli (1975)

11. Ruth White : Mists And Rains (1969)

12. Wendy Carlos : Spring (1972)

13. Ann McMillan : Syrinx (1978)

14. Delia Derbyshire : Restless Relays (1969)

15. Maggi Payne : Flights Of Fancy (1986)

16. Else Marie Pade : Syv Cirkler (1958)

17. Daniela Casa : Ricerca Della Materia (1975)

18. The Space Lady : Domine, Libra Nos (1990)

19. Johanna Beyer : Music Of The Spheres [1938]

20. Maddalena Fagandini : Interval Signal (1960)

21. Eliane Radigue : Chryptus I (1970)

22. Ruth White : Owls (1969)

23. Ursula Bogner : Speichen (1979)

24. Beatriz Ferreyra – Demeures Aquatiques (1967)

25. Doris Norton : War Mania Analysis (1983)

26. Tera De Marez Oyens : Safed (1967)

27. Daphne Oram : Rhythmic Variation II (1962)

28. Mireille Chamass-Kyrou : Etude 1 (1960)

29. Laurie Spiegel : Drums (1983)

30. Teresa Rampazzi : Stomaco 2 (1972)

31. Teresa Rampazzi : Esofago 1 (1972)

32. Suzanne Ciani : Fourth Voice: Sound Of Wetness (1970)

33. Ursula Bogner : Expansion (1979)

34. Alice Shields : Sacrifice (1993)

35. Megan Roberts and Raymond Ghirardo : ATVO II (1987)

36. Laurie Anderson : Drums (1981)

37. Doris Hays : Somersault Beat (1971)

38. Lily Greenham : Tillid (1973)

39. Ruth Anderson : Points (1973-74)

40. Pril Smiley : Kolyosa (1970)

41. Catherine Christer Hennix : The Electric Harpsichord (1976)

42. Joan La Barbara : Solo for Voice 45 (from Songbooks) (1977)

43. Slava Tsukerman, Brenda Hutchinson & Clive Smith : Night Club 1 (1983)

44. Monique Rollin : Motet (Etude Vocale) (1952)

45. Sofia Gubaidulina : Vivente – Non Vivente (1970)

46. Ruth White : Spleen (1967)

47. Doris Hays : Scared Trip (1971)

48. Daphne Oram : Pulse Persephone (Alternate Parts For Mixing)

49. Maggi Payne : Gamelan (1984)

50. Laurie Spiegel : The Unquestioned Answer (1980)

51. Ursula Bogner : Homöostat (1985)

52. Wendy Carlos : Summer (1972)

53. Suzanne Ciani : Princess With Orange Feet

54. Pauline Oliveiros : Poem Of Change (1993)

55. Suzanne Ciani : Thirteenth Voice: And All Dreams Are Not For Sale (1970)

via Electronic Beats

Related Content:

Hear Seven Hours of Women Making Electronic Music (1938- 2014)

Two Documentaries Introduce Delia Derbyshire, the Pioneer in Electronic Music

Meet Four Women Who Pioneered Electronic Music: Daphne Oram, Laurie Spiegel, Éliane Radigue & Pauline Oliveros

1200 Years of Women Composers: A Free 78-Hour Music Playlist That Takes You From Medieval Times to Now

The History of Electronic Music in 476 Tracks (1937-2001)

The History of Electronic Music, 1800-2015: Free Web Project Catalogues the Theremin, Fairlight & Other Instruments That Revolutionized Music

Based in Seoul, Colin Marshall writes and broadcasts on cities and culture. He’s at work on a book about Los Angeles, A Los Angeles Primer, the video series The City in Cinema, the crowdfunded journalism project Where Is the City of the Future?, and the Los Angeles Review of Books’ Korea Blog. Follow him on Twitter at @colinmarshall or on Facebook.

Archéologie du synthétiseur, Serge Modular

Documentaire : « Archéologie du synthétiseur, Serge Modular ».

L’expérimentale sur France Musique à 23H30 dimanche 15 décembre.

Emission dédiée à un documentaire sur Serge Tcherepnin et son synthétiseur SERGE Modular Synthesizer, qu’il développera durant les années 70 en Californie. À la même période il enseigne la composition et la musique électronique à l’école de musique du California Institute of the Arts.

Nikolaï Tcherepnin« Deux légendes Mystiques Op.50 – Trois Tombeaux »paru chez Warner Classics 1923
interprété par Alexandre Tchérepnin

Sergueï Prokoviev« Romeo and Juliet Op 64 Act I Scene XIII Dance of the Knights » 1938 paru chez London Symphony Orchestra

Henk BadingsElectronic Music Ballet «  Cain and Abel » 1958 paru chez Philips

Alexandre Tcherepnin« Sonate pour Piano en La Majeur Op.22 Allegro Commodo » 1918-1919 paru chez Warner Classics

Ivan Tcherepnin« Flores Musicales – Grand Fire Music » 1980 paru chez Composers Recordings Inc.

Olivier Messiaen« Cantéyodjayâ » interprété Yvonne Loriod 1948 paru chez Decca Records

Thomas Hamilton« Pieces For Kohn – Modhera » 1975 paru chez Somnath Records

Bob Ostertag«  Play the Serge – Live At The Squat Theater, New York City 1979 » 1979 paru chez Kandala Records, Analogue Motions Studio

Morton Subotnick« Silver Apples of the Moon » Part II  1967 paru chez Nonesuch / Elektra Records

Ingram Marshall« Gradual Requiem » Part I 1984 paru chez New Albion

Jim O’Rourke«  From Here to There » 2016 paru chez Bandcamp

John Chantler«  Tomorrow is too late » 2019 paru chez Room40

Thomas Ankersmit«  Homage to Dick Raaijmakers » 2018 paru chez Shelter Press

catalogue d’oeuvres de la famille Tcherepnin :

http://www.tcherepnin.com/nikolai/comps_nik.htm

Interview avec Serge Tcherepnin :

https://www.youtube.com/watch?v=To_gkk9GEpQ

Emission produite par François Bonnet et réalisée par Alexandre Bazin

https://www.francemusique.fr/emissions/l-experimentale/l-experimentale-du-dimanche-15-decembre-2019-78748?fbclid=IwAR0E4UgDfo2ZJec9S1yK4E6v2XHNspCgqcaAAOb_DA3coo8zQAU4JvNP8Uw

Documentaire : Archéologie du synthétiseur EMS

Émission dédiée à un documentaire sur le studio légendaire EMS ( Electronic Music Studio ) qui commercialisera dès la fin des années 60 des synthétiseurs qui auront un impact déterminant dans les musiques électroniques et électroacoustiques. Rencontre avec son fondateur Peter Zinovieff.

A écouter sur l’Expérimentale de France Musique

Un documentaire d’Alexandre Bazin avec Peter Zinovieff, co-fondateur de l’EMS avec David Cockerell et Tristam Cary. Yann Geslin, compositeur et pédagogue, membre actuel du GRM depuis les années 70 précise l’impact des synthétiseurs EMS sur la musique du GRM. 

site internet de l’EMS : http://emssynthesisers.co.uk

Production : François Bonnet, réalisation : Alexandre Bazin

Partenaire : ina

CC présente, Kasper T. Toeplitz et Mariachi en concert !

Dans le cadre du festival ]interstice[, la deuxième partie du film documentaire « All sounds considered » de Goran Vejvoda et Florence Müller sera projetée dans l’auditorium de l’ésam le mardi 7 mai à 18h,. Elle sera suivie, à 20h, par les performances sonores de Kasper T.Toepliz et de Mariachi, programmés par le Label CC de l’ésam. L’ensemble de ces évènements est en entrée libre et gratuite. Une restauration sera possible sur place.


Le documentaire « All sounds considered » (52 min) explore sans dogme la relation entre son et silence. Le film montre les nombreuses facettes de ce domaine de la création artistique qui fait du son la matière. Goran Vejvoda et Florence Müller nous ouvrent les oreilles et donnent la parole aux acteurs de cette scène artistique, variant les points de vue pour témoigner de la multiplicité de leurs idées.
Avec une approche libre et non linéaire, le film prend différentes directions et s’intéresse aux instruments, machines, publications, performances, expositions pour dévoiler la richesse du « son », un domaine artistique autant séduisant qu’intrigant.

Conçu à la demande de Kasper T. Toeplitz par Éliane Radigue, « Elemental II » reprend les thèmes de son ancêtre « Elemental » (1968), basé sur une évocation à la fois réaliste et symbolique des cinq éléments présents en toute culture. À savoir la Terre, principe de densification ; l’Eau, la fluidité ; le Feu, la chaleur ; l’Air, le souffle et l’Espace qui englobe le tout en son énergie subtile.
Il y a un paradoxe en cette période de haute technologie de ne pouvoir traduire en aucune écriture certains « concepts sonores ». Aucune notation algorithmique ni traditionnelle ne peut rendre compte de « l’esprit des sons » susceptible d’animer ces projections. La transmission directe, faite de sensibilités accordées, dans un entendement spontané est fondamentale dans ce genre d’entreprise.
www.sleazeart.com

Mariachi (Nina Garcia) expérimente à mi-chemin entre musique improvisée et noise. Le dispositif est réduit au minimum : une guitare, une pédale, un ampli. L’attention est donnée au geste et à la recherche sur l’instrument, ses résonances, ses limites, ses extensions, ses impuretés, ses recoins audibles : aller avec ou contre lui, le contenir ou le laisser sonner, le soutenir ou le violenter.
On y trouve en vrac : feedbacks, crépitements, courts circuits, impacts, harmoniques, grincements, débordements, et par hasard, notes et accords presque parfaits.
www.parabailarlabamba.fr

Pour en savoir + : https://festival-interstice.net/

Tetsuo Kogawa : Radio-art

Théoricien, activiste, artiste, Tetsuo Kogawa est une figure incontournable des arts sonores et radiophoniques, il contribue depuis le début des années 1980 à une réflexion radicale sur la communication et les médias. Beaucoup ont profité des fruits de ses recherches et parfois sans le savoir : ses créations électroniques et ses textes ont tant été partagés, repris ou commentés qu’ils ont contribué à alimenter la culture commune de la génération actuelle des expérimentateurs sonores et des hackers, des penseurs de la radio, des médias et des mondes numériques.

Avec Akiba, son dernier livre, il revient sur son itinéraire d’enfant passionné d’électronique dans le Tokyo de l’après-guerre, témoigne de son expérience au sein du mouvement des radios libres japonaises, et raconte l’invention d’un nouvel art des ondes électromagnétiques : le « radio-art ». Ce récit autobiographique forme le coeur de l’édition anthologique Tetsuo Kogawa : Radio-art, coordonnée et présentée par Pali Meursault. Celle-ci rassemble également les manifestes les plus importants écrits par Tetsuo Kogawa, un entretien inédit avec Félix Guattari, et des contributions originales de J. Duncan et Elisabeth Zimmermann.

Directeurs de la publication :
Magali Daniaux & Cédric Pigot
Ouvrage coordonné par Pali Meursault
Conception graphique : Schulz & Leary
Photographie de couverture :
A. Woodward/Arika
Format : 14 x 22,5 cm
312 pages / 110 illustrations
ISBN : 978-2-9562753-2-9
Mars 2019
Diffusion : presses du réel


Rencontres, discussions et performances à l’occasion de la sortie du livre

Le jeudi 25 avril 2019 à 19H, accès libre, à la Gaîté Lyrique, 3 bis rue Papin Paris 3e

Après une brève présentation de l’ouvrage par les éditeurs Magali Daniaux et Cédric Pigot, Pali Meursault et Anne Zeitz reviendront sur cette histoire radiophonique et la manière dont elle peut nourrir la réflexion sur les médias numériques actuels.

Les discussions seront suivies d’une performance de Tetsuo Kogawa streamée depuis Tokyo, puis d’un concert de Nicolas Montgermont et Pali Meursault, construit à partir de signaux radiophoniques captés dans la Gaîté Lyrique.

Intervenant·e·s :

  • Magali Daniaux et Cédric Pigot : artistes, directeurs des éditions UV
  • Tetsuo Kogawa : théoricien, activiste et radio-artiste
  • Pali Meursault : artiste sonore, coordinateur de l’édition
  • Nicolas Montgermont : artiste sonore et explorateur des ondes
  • Anne Zeitz : maître de conférences Université Rennes 2

Les pianos ne poussent pas sur les arbres

La première anthologie en français des écrits et entretiens de Max Neuhaus, figure cruciale de l’expérimentation en musique électronique aux États-Unis et pionnier des arts sonores.

Des articles détaillant les enjeux esthétiques de son travail, à ses prises de position critique dans la presse, en passant par les textes de catalogues, entretiens, notices et autres documents de recherche, l’œuvre textuelle de Max Neuhaus (1939-2009) est à l’image de son activité artistique : à la fois riche, ancrée dans les problématiques contemporaines et touchant, à travers le fil rouge que constitue le son, à des sujets particulièrement variés, où l’artiste endosse tour à tour les habits du scientifique, de l’ingénieur, de l’architecte, du designer sonore, ou encore de la critique sociale et institutionnelle.
Cette anthologie présente, pour la première fois en langue française, une sélection traduite des écrits et entretiens de Neuhaus, comprenant notamment plusieurs inédits et organisée selon une lecture s’attachant à dégager les principales lignes de fuite qui animent sa recherche foisonnante. La première partie s’intéresse à la problématisation contextuelle de l’écoute, comprise au carrefour de ses dimensions physiologique, technologique, sociale et culturelle, et dont dépend le renouveau critique d’une pensée de l’attention. La partie suivante regroupe un ensemble de textes où se dessine, au fil des années et des remises en cause esthétiques, l’émergence d’un paradigme sonore émancipé du musical et trouvant dès lors, chez l’artiste, son épanouissement dans le champ des arts plastiques. Les questions liées au design sonore et à l’environnement occupent la troisième partie et constituent un important domaine de recherche dans l’évolution du travail de Neuhaus. C’est ici une approche singulière de l’écologie sonore qui se fait jour. Formulée dans le sillage de son intérêt pour l’attention contextuelle de l’écoute et résolument inscrite dans des préoccupations urbaines, la position défendue par Neuhaus invite au passage à reconsidérer l’historiographie de ce champ d’études. La dernière partie réunit enfin les différents textes, documents et entretiens rédigés et donnés par Neuhaus qui simultanément interrogent et projettent, du point de vue sonore, les transformations sociales et esthétiques inhérentes à l’avènement des réseaux, investissant la communication orale au sein d’une communauté déterritorialisée d’une véritable politique de l’auralité.

Daniele Balit est commissaire d’expositions, théoricien et historien de l’art, vivant à Paris. Il est professeur d’histoire de l’art et de culture générale à l’Institut supérieur des Beaux-Arts de Besançon. Il est membre fondateur de la plateforme curatoriale 1:1projects à Rome et initiateur de Birdcage, galerie temporaire et itinérante autour des pratiques sonores. Docteur en histoire de l’art (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne), sa thèse porte sur l’origine des expérimentations sonores et sur leur impact dans les contextes d’exposition. Grâce au soutien à la théorie et critique d’art attribué par le Cnap en 2014, il poursuit cette investigation par un travail sur la figure et l’héritage de l’artiste Max Neuhaus. Ses activités de recherche concernent la question de l’in situ, de l’espace public, de l’extra-muros ou de l’intervention discrète.

Matthieu Saladin, artiste et musicien, vit et travaille à Paris. Il est maître de conférences en arts sonores à l’université Paris 8, membre de l’équipe TEAMeD au sein du laboratoire Arts des images et art contemporain (AI-AC) et chercheur associé à l’institut ACTE (université Paris 1 – Panthéon – Sorbonne, CNRS UMR 8218). Sa recherche théorique porte principalement sur l’art sonore et les musiques expérimentales. Il codirige la collection Ohcetecho aux Presses du réel, participe aux comités de rédaction des revues Volume! et Revue et Corrigée, et est directeur de rédaction de la revue de recherche Tacet.

Max Neuhaus (1939-2009) est un artiste américain. Il a commencé sa carrière comme interprète du répertoire pour percussions des musiques expérimentales dans les années 1960 (Stockhausen, Cage, Feldman, etc.), pour ensuite se consacrer au travail du son dans le champ des arts plastiques, à travers notamment des interventions dans l’espace public sous forme d’installation sonore (dont il forgera le terme), ainsi qu’au design sonore. Artiste de renommée internationale, ses œuvres sont présentées de manière permanente à Times Square, New York, USA (Dia: Beacon) ; la Kunsthaus de Graz, Autriche ; le Castello di Rivoli, Museo d’Arte Contemporanea, Italie ; CAPC Musée d’Art Contemporain de Bordeaux ; le AOK Building de Kassel et la ville de Stommeln en Allemagne. Il a par ailleurs eu des expositions au MoMA, au Whitney Museum of American Art, à New York ; à l’ARC, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris ; le Centre National d’Art Contemporain de Grenoble ; la Kunsthalle de Bâle et la Kunsthalle de Bern en Suisse ; il a participé également aux Documenta 6 et 9 de Kassel et à la Biennale de Venise).
Edité par Daniele Balit et Matthieu Saladin.
Textes de Daniele Balit & Matthieu Saladin, Max Neuhaus, entretiens avec Max Neuhaus par Greg Desjardins, Ulrich Loock, Arthur Danto, Lucio Pozzi, Jean-Yves Bosseur, Hans Ulrich Obrist, Patrick Javault, Ron Kuivila, William Duckworth, Carolyn Christov-Bakargiev, Peter Traub.

Traductions de l’anglais (États-Unis) par Marie Verry.

Publié avec le soutien de l’université Paris 8 (TEAMeD, AI-AC) et du Labex Arts H2H.

paru en février 2019
édition française
13 x 17 cm (broché, jaquette américaine, couv. en affiche pliée)
480 pages (ill. n&b)
26.00 €
ISBN : 978-2-84066-892-3
EAN : 9782840668923

Le pavillon Philips, poème Electronique

Le Pavillon Philips et son Poème Électronique, était une architecture dédiée à la synthèse des Arts où Le Corbusier, Edgard Varèse et Iannis Xenakis ont présenté des musiques et projections visuelles; et réussi à faire dialoguer architecture et musique.

« C’est un peu par hasard que j’ai trouvé du travail chez Le Corbusier quand je suis arrivé à Paris, en 1947. J’ai compris ce qu’était l’architecture par son exemple, qui correspondait à ce que je voulais faire en musique »Iannis Xenakis

Un documentaire d’Alexandre Bazin avec Séverine Bridoux-Michel, Mâkhi Xenakis, et les archives de l’INA dont Iannis Xenakis, Edgard Varèse.

https://www.francemusique.fr/emissions/l-experimentale/documentaire-le-pavillon-philips-poeme-electronique-musique-architecture-premiere-partie

avec les musiques de :

Iannis Xenakis _ »Metastasis »  _Orchestre National de l’O.R.T.F Direction Maurice Le Roux paru sur le vinyle des éditions Le Chant Du Monde 1965

Iannis Xenakis« Bohor » Editions Boosey and Hawkes Plus sur le disque Erato – O.R.T.F 1969

Iannis Xenakis« Concret P.H. » Editions Boosey and Hawkes Plus sur le disque Erato – O.R.T.F 1969

Iannis Xenakis« Diamorphoses » Editions Boosey and Hawkes Plus sur le disque vinyle Erato – O.R.T.F 1969

Iannis Xenakis« Orient-Occident » Editions Boosey and Hawkes Plus sur le disque vinyle Erato – O.R.T.F 1969

Edgard Varèse« Density 21.5 » Royal Concertgebouw Orchestra & Asko Ensemble, Direction Riccardo Chailly The Complete Works paru chez Decca

Edgard Varèse« Hyperprism » Royal Concertgebouw Orchestra & Asko Ensemble, Direction Riccardo Chailly The Complete Works paru chez Decca

Edgard Varèse« Poème Électronique »  The Complete Works paru chez Decca

Edgard Varèse« Ionisation »  Royal Concertgebouw Orchestra & Asko Ensemble, Direction Riccardo Chailly The Complete Works paru chez Decca

Edgard Varèse« Octandre »  Royal Concertgebouw Orchestra & Asko Ensemble, Direction Riccardo Chailly The Complete Works paru chez Decca

Biographie des intervenants :

Séverine Bridoux-Michel est architecte, docteur en esthétique et sciences de l’art, chercheur au LACTH/Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille, chercheur associée au CEAC/Université de Lille, enseignante à l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille, et musicienne. Elle a reçu le Prix de la Recherche et de la Thèse de Doctorat en Architecture en 2007 (Académie d’Architecture, Paris). Ses travaux et publications concernent notamment l’étude des processus de conception, les pratiques collaboratives dans l’histoire de l’architecture des XXème et XXIème siècles, ainsi que l’étude des relations interdisciplinaires architecture/musique.

Mâkhi Xenakis est une dessinatrice, graveuse, sculptrice, auteure et décoratrice française. Elle est la fille du compositeur et architecte Iannis Xenakiset de la romancière et journaliste Françoise Xenakis.

Website de Mâkhi Xenakis : https://makhi-xenakis.com

Liens :

Site de la Fondation Le Corbusier : http://www.fondationlecorbusier.fr/

Site internet des Éditions Imbernon :  http://www.editionsimbernon.com

La BBC vient de mettre en ligne 16.000 sons

La BBC vient de mettre en ligne 16.000 sons, bruits et enregistrements bizarres. C’est entièrement gratuit, le moteur de recherche est très bien fait et si vous le souhaitez, vous pouvez télécharger pour vous le passer en boucle, ce cri d’oiseau d’Amérique du Sud, un bébé de 16 mois, un raid aérien, la nuit, sur Londres…

http://bbcsfx.acropolis.org.uk

Histoires alternatives des médias sonores. | Sonore Visuel

Les récents travaux menés à la croisée de la musique, de la science et des soundstudies ont montré l’intérêt d’envisager la musique au prisme de l’histoire des sciences et technologies et, réciproquement, la pertinence de la musique comme objet d’étude pour la recherche dans ce domaine

Source : Histoires alternatives des médias sonores. | Sonore Visuel

Bing Bang

L’atelier Bing Bang proposé par Paul Collins aux étudiants de l’Esam, vient de se terminer pour la septième année consécutive. Une page dédiée vous permet d’écouter les enregistrements des représentations publiques ici !