Crise sanitaire : premières mesures du ministère de la Culture en soutien au secteur culturel

« La crise sanitaire sans précédent qui touche notre pays frappe de plein fouet les acteurs de la culture. Nous devons tout mettre en œuvre pour assurer leur survie. C’est l’avenir même de notre modèle culturel qui est en jeu. » Franck Riester

Franck Riester, ministre de la Culture, est pleinement mobilisé pour soutenir les acteurs et professionnels de la culture en France qui sont frappés de plein fouet par la crise sanitaire du coronavirus.

Dès les premiers stades de cette crise, les acteurs et les lieux culturels se sont conformés et adaptés aux restrictions que l’évolution de la situation sanitaire imposait, dans un esprit de responsabilité et de civisme qui doit être salué.

Alors que les équipements culturels ont été amenés à fermer et face au choc sans précédent que cette crise constitue pour l’économie et l’emploi de la culture en France, il est urgent de répondre au risque de disparition des structures culturelles, notamment les plus fragiles. Il est aussi crucial de remédier aux conséquences de la situation sur les intermittents et les artistes-auteurs, qui sont au cœur de notre modèle de diversité culturelle.

Le Gouvernement a annoncé un ensemble de mesures transversales de soutien aux entreprises qui concernent évidemment les structures du secteur culturel qui y sont éligibles : accompagnement simplifié et renforcé du chômage partiel, délais de paiement des échéances sociales et/ ou fiscales voire remises d’impôts directs, fonds de solidarité pour les petites entreprises, les indépendants et les micro-entreprises, lignes de trésorerie bancaires garanties par Bpifrance, etc. Par ailleurs, le remboursement des créances liées aux crédits d’impôts (cinéma, audiovisuel, international, spectacle vivant, production phonographique) pourra être accéléré en sollicitant la direction générale des finances publiques (DGFIP).

En complément des mesures annoncées, le ministre de la Culture a demandé à ses centres nationaux sectoriels (CNC, CNL, CNM, CNAP), ainsi qu’à l’IFCIC, de se mobiliser pour faire face à l’urgence et répondre aux difficultés spécifiques rencontrées par les acteurs de la culture, dans les cas où les mesures transversales mises en place ne suffiraient pas à y répondre. Le ministre de la Culture demande à ces opérateurs de veiller à ce que ce premier volet d’aides d’urgence bénéficie également, dans chaque secteur, aux artistes-auteurs concernés.

D’autres mesures spécifiques viendront s’ajouter à ces premiers dispositifs de soutien.

L’IFCIC adaptera ses dispositifs afin d’accompagner les industries culturelles et créatives. Une franchise de remboursement en capital systématique de trois mois motivée par le contexte d’épidémie pourra par exemple être accordée.

Pour le cinéma et l’audiovisuel, un ensemble de mesures a été mis en place par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) notamment en suspendant le paiement de l’échéance de mars 2020 de la taxe sur les entrées en salles de spectacles cinématographiques (TSA) pour soutenir leur trésorerie. Toujours dans cet objectif, le CNC s’est engagé à verser de manière anticipée les soutiens aux salles art et essai et à la distribution ; il continue à assurer le paiement de ses aides et travaille en outre à des mesures visant à assouplir les critères de mobilisation de ses soutiens. Enfin, toutes les subventions attribuées par le CNC aux manifestations annulées pour des raisons sanitaires leur resteront acquises si elles ont déjà été versées, ou seront effectivement payées si elles ne l’ont pas encore été.

Dans le champ des médias, il est fondamental de garantir l’accès à l’information de tous nos concitoyens, qui constitue un enjeu primordial dans le contexte actuel de crise : les mesures prises par le Gouvernement dans la gestion de la crise sanitaire en tiennent pleinement compte. Au-delà, des mesures d’adaptation seront prises (adaptation du plan de filière presse qui sera enrichi pour prendre en compte les effets de la crise sanitaire ; adaptation des procédures du Fonds de soutien à l’expression radiophonique (FSER) pour les radios associatives, etc.).

Pour la filière musicale, un fonds de soutien sera mis en place à destination des professionnels les plus fragilisés et doté par le Centre national de la musique (CNM) d’une première enveloppe de 10 M€, qui pourra être complétée par des financements externes. Le CNM suspendra également pour le mois de mars 2020 la perception des taxes sur la billetterie.

Pour le secteur du spectacle vivant hors musical, notamment le secteur du théâtre privé, des aides d’urgence pourront être allouées, à hauteur de 5 M€, afin de répondre aux difficultés rencontrées, en lien les organisations professionnelles, et avec une attention particulière au maintien de l’emploi. Concernant les structures labellisées ou subventionnées, une attention particulière sera apportée à chacune d’elle, en lien avec les collectivités territoriales impliquées dans leur financement, pour lui permettre de limiter les impacts de la crise.

Pour la filière du livre, un plan d’urgence doté d’une première enveloppe de 5 M€ est mis en place par le Centre national du Livre (CNL) pour répondre aux difficultés immédiates des éditeurs, des auteurs et des libraires. Les subventions versées par le CNL aux manifestations littéraires annulées pour des raisons sanitaires leur resteront acquises, pour les aider à faire face aux dépenses déjà engagées. Dans ce cadre, une attention particulière sera portée à la rémunération des auteurs qui devaient participer à ces manifestations. Le CNL va en outre reporter les échéances des prêts accordés aux libraires et aux éditeurs.

Pour les arts plastiques, un fonds d’urgence doté dans un premier temps de 2 M€ sera aussi créé en faveur des galeries d’art, des centres d’art labellisés et des artistes-auteurs et opéré par le Centre national des arts plastiques (CNAP) et les DRAC. Au-delà de ces aides directes, le CNAP va assouplir les modalités d’attribution de ses aides aux galeries. Les soutiens attribués pour la participation des galeries aux foires reportées leur resteront également acquis afin de les aider à faire face aux dépenses déjà engagées.

Le ministre de la Culture, en lien avec les organisations professionnelles, les organisations syndicales de salariés et d’employeurs et les organismes de gestion collective, souhaite par ailleurs étudier des mesures de soutien spécifiques pour accompagner tous les artistes-auteurs.

Le ministre de la Culture et la ministre du Travail travaillent actuellement à des mesures spécifiques en faveur des intermittents du spectacle (artistes interprètes et techniciens), qui ont vocation à être mises en œuvre rapidement.

Le ministre de la Culture demande aux structures les plus solides financièrement, ainsi qu’à ses opérateurs et aux structures subventionnées par l’Etat, de faire jouer la solidarité en payant les cessions prévues aux compagnies et en honorant les cachets des intermittents afin de ne pas les fragiliser.

Enfin, le ministre de la Culture va prendre l’initiative de se rapprocher très prochainement des collectivités locales, très impliquées dans le financement de la Culture dans notre pays, pour unir leurs actions, afin de soutenir au mieux nos acteurs culturels.

Infos pratiques

Délégation à l’information et à la communication
01 40 15 83 31
service-presse[at]culture.gouv.fr

Rolf Julius : Small Music

Exposition de Rolf Julius aux Bains-douches d’Alençon jusqu’au 3 mai 2015.

Rolf Julius : Le Wuwei aux Bains-douches d’Alençon, un article de Yann Ricordel sur inferno-magazine.com

Plus d’infos ici : www.bainsdouches.net

rolf_julius-1203878708

Dernier concert de l’année à l’atelier(s)

Dernier concert de cet automne programmé par |’Atelier(s) à la Chapelle du Mega Pobec en collaboration avec le CRD Évreux, The Ink Experiment est un dispositif particulier pour un concert de percussions et électroacoustique en multi-diffusion. Nikola Krbanyevitch et Ivana Kuljeric interpréteront des œuvres de Philip Glass, Steve Reich, Igor Kuljeric, Teodora Stepancic et Tomer Yariv. Mathieu Teissonnière interviendra avec de l’électronique dans un dispositif spatialisé pour la circonstance.

SAMEDI 20 DECEMBRE 2014 | 20H30 | Chapelle Mega Pobec, Evreux

Plus d’infos ici : http://lateliers.free.fr/2014af.html

9BCD730D-7873-45A2-9178-0E9FC61AA700

Les dispositifs à jouer

Premier concert de cette saison automnale de |’Atelier(s) avec David NEAUD ce samedi 18 octobre à la Chapelle de la Cie Mega Pobec à Evreux.
David NEAUD interviendra en milieu scolaire les jeudi 16 et vendredi 17 octobre, pour des ateliers de découvertes et pratiques sonores à l’école St-Germain à Evreux, l’école Simone Rochereuil à Evreux St-Michel et le collège Henri Dunant à Evreux-Nétreville (en collaboration avec l’Abordage dans le cadre du dispositif « Musiques à l’école »).

Plus d’infos : www.lateliers.fr/davidneaud_f.html

David Neaud est français et vit à Bruxelles. « Depuis environ dix années je m’intéresse essentiellement à l’art audio et plus précisément aux propriétés physiques et aux instabilités internes des sons avec lesquels je joue. Basé sur une technologie low-tech, mes dispositifs de concert bricolé sont des laboratoires sonores de fortune évoquant tables de mixage archaïques et synthétiseurs primitifs. Grace à ces dispositifs, je capte et piège des vibrations afin de générer des nappes sonores. L’élaboration des dispositifs est construite sur une technologie précaire, la maîtrise du jeu de concert reste improbable. En cela mes concerts sont largement ouverts au hasard et à l’accident, donnant lieu à des temps d’improvisation et de recherche. Le vocabulaire formel de mes dispositifs tient de la nomenclature de l’atelier du bricoleur, laboratoire sonore de fortune évoquant une certaine proximité de l’activité d’un bruiteur/expérimentateur. C’est dans un équilibre fragile qu’un système de relations physiques – son/matière/image – se combine une mécanique performative entre ce que l’on observe et ce que l’on entend. La nature du son devient une matière agissante et l’objet/acteur une composante visuelle du phénomène sonore. »

Laisser les sons aller où ils vont

Laisser les sons aller où ils vont
Une exposition du Centre national des arts plastiques et du Frac Franche-Comté

Fonds régional d’art contemporain de Franche-Comté
21 juin – 21 septembre 2014
Vernissage / nocturne vendredi 20 juin à 18h30

Le Centre national des arts plastiques (CNAP) et le Fonds régional d’art contemporain (Frac) de Franche-Comté s’associent pour présenter une exposition singulière Laisser les sons aller où ils vont, mettant en lumière un parcours sonore et visuel.

Dominique Blais, Les disques, 2008-2009, Collection Centre national des arts plastiques, FNAC 09-386 © D.R. / CNAP / photo : Galerie Xippas

Dominique Blais, Les disques, 2008-2009, Collection Centre national des arts plastiques, FNAC 09-386 © D.R. / CNAP / photo : Galerie Xippas

Avec les œuvres de Pierre Alferi, Silvia Bächli, Davide Balula, Basserode, Dominique Blais, Céleste Boursier-Mougenot, Pascal Broccolichi, Edith Dekyndt, Marcelline Delbecq, Jean Dupuy, Thomas Flechtner, Tom Johnson, Atsunobu Kohira, Jonas Mekas, Sophie Nys, Paul Panhuysen, Katie Paterson

Marquée par l’apport de John Cage, l’exposition regroupe des œuvres faisant écho à la philosophie du compositeur américain qui affirmait non sans humour être « pour les oiseaux et non pour les cages dans lesquelles les hommes les mettent »1et vouloir la liberté pour les sons. L’exposition emprunte son titre à une citation de l’artiste dans une suite d’entretiens réunis dans l’ouvrage Pour les oiseaux édité en 1976. Laisser les sons aller où ils vont décline ainsi quelques grands thèmes récurrents de l’œuvre de John Cage entre son, silence, hasard et indétermination.

Cette exposition propose un paysage sonore et invite à un « voyage immobile », tel celui vécu par Henry David Thoreau face au lac de Walden. Un auteur pour lequel Cage avait une grande admiration et à qui il dédia certaines de ses pièces. Les œuvres présentées reposent ainsi sur le pouvoir d’évocation des sons entre hymne à la nature, bruits trouvés et poétique du silence.

L’exposition est accompagnée d’un dépôt exceptionnel du CNAP au Frac Franche-Comté de plus de 80 œuvres en lien avec les problématiques du son et la musique dans le champ des arts plastiques.

Laisser les sons aller où ils vont poursuit ainsi l’exploration du temps par le prisme du sonore entamée par le Frac depuis 2005, prolongée en 2013 avec les projets test pattern [n°4] de Ryoji Ikeda et Sound-Houses #12 consacré à Alvin Lucier et Tom Johnson. De la même manière le CNAP a poursuivi ces recherches aux travers d’acquisitions et de projets de diffusion comme la manifestation nationale Diagonales initiée en 2010.

Commissariat : Sébastien Faucon, responsable des collections arts plastiques au CNAP et Sylvie Zavatta, directrice du Frac Franche-Comté

1. Pour les oiseaux, Entretiens avec Daniel Charles, Paris, Belfond, 1976

2. Sound-Houses emprunte son titre à l’entité que constituent les archives sonores et la documentation conservées par le Frac, en parallèle de sa collection.

Sonic, Programme de recherche sur les pratiques sonores – Appels à projets – www.plurio.net

Sonic, Programme de recherche sur les pratiques sonores – Appels à projets – www.plurio.net.

1_txt-intro-2_v2

 

The Early Years Of The Moog Synthesizer | Moog Music Inc

The Early Years Of The Moog Synthesizer | Moog Music Inc.

Monophonic 2014

La voix. Les vitres tremblent au passage du bus. Les pas étouffés de mes voisins du dessus. Les histoires entendues avant de m’endormir. Les oiseaux du matin. Au loin, les moteurs incessants. La route défile devant mes yeux en écoutant la radio. Le vent nettoie mes oreilles, en bord de mer, tout en haut sur les falaises. Les souvenirs lointains des dramatiques radios presque disparues du poste. Ton souffle irrégulier juste avant d’ouvrir les yeux. Le frottement imperceptible des draps sous ton corps. Ta voix chatouille le creux de mon oreille. Tu persistes. Je résiste. Et le son de la guerre. Toujours le même. Le souffle des orgues, belles ou barbares. Les îles lointaines oubliées. Les cailloux s’entrechoquent dans tes poches quand tu joues au golf. La science-fiction délirante ou celle atomique d’aujourd’hui. Le silence plein de sens, indispensable pour qui souhaite souligner. La mélodie des langues inconnues. Et des histoires, toujours des histoires, chuchotées à tous.
Après sept ans de silence, le festival radio organisé par l’acsr est de retour. Monophonic 2014 vous accueille pour des écoutes de documentaires, de fictions et de créations, d’hier et d’aujourd’hui, d’ici et de là-bas, courts et longs, directs radios, performances, concerts, rencontres avec les auteurs…

DU JEUDI 22 MAI AU DIMANCHE 25 MAI 2014

Plus d’infos ici : http://www.monophonic2014.be

Page FaceBook : https://www.facebook.com/events/1411602409113819/?fref=ts

1948239_10203090281290458_6424870489165601631_n

]INTERSTICE[ # 09

Bientôt à 9ème édition du Festival International Intermédia, ]INTERSTICE[ !

Pour cette édition : Artificiel (CA) – Zimoun (CH) – David Letellier (DE) – Erik Samakh (FR) – Alexandre Joly (CH) – Jean Lain (BE) – Benjamin Dupé (FR) – Yro Yto (FR) – MLFD (FR) – Bj Nilsen (SE) – HP Process (FR) – David Neaud, Juhyun Choi & Sunyoung Choi (BE/KR) – Brou & Jaillette (FR) – Valentin Durif (FR) – Pierre Le Cann (FR) – Thibault Jehanne (FR) – Franck Dubois, l’Atelier(s) (FR) – Damien Simon, Le Bon Accueil (FR)…

>>>>>>>>  CAEN du 13 au 24 mai 2014 – Accès gratuit

Toutes les infos ici : www.festival-interstice.net

Lieux : Conservatoire de Caen – Artothèque, Espaces d’art contemporain – Eglise St Nicolas – Eglise du vieux St Sauveur – Le Quatorze – L’écume des nuits – Le Style DIWO – La Fermeture Eclair – ESAM Caen/Cherbourg.

Capture d’écran 2014-04-20 à 18.26.31

SOUND ∆ WHISPERS: Installation sonore collaborative et immersive au Musée des Beaux-Art, Caen, 2013

SOUND ∆ WHISPERS: Installation sonore collaborative et immersive au Musée des Beaux-Art, Caen, 2013.