Sonica Glasgow 2019

De retour pour sa cinquième édition, le festival primé de Cryptic, Sonica propose cet automne un programme pionnier d’arts sonores visuels de classe mondiale à travers la ville. 2019 met en vedette plus de talents écossais que jamais, ainsi qu’une foule d’artistes internationaux exceptionnels venus d’Argentine, de Belgique, du Canada, de Catalogne, de France, d’Italie, du Japon, du Mexique, de Norvège, du Québec, de Slovénie et de Suède.

Katie J. Anderson’s Sound Horn

Bienvenue à la Sonica Glasgow 2019.
Notre cinquième édition du festival présente quelques-unes des meilleures œuvres sonores visuelles dans de nombreux lieux à travers Glasgow, présentant plus de 80 artistes intrigants de 11 pays, tout en mettant en valeur notre grand talent local.
Nous démarrons au Tramway avec Aether, une expérience éblouissante et incontournable où 8000 mètres d’éclairage aérien interagissent en toute transparence.
avec la fabuleuse musique de Max Cooper. Le collectif norvégien Verdensteatret fait également ses débuts au Royaume-Uni avec HANNAH, un spectacle hybride humoristique de musique live et d’art visuel.
En 2019, nous célébrons la culture extraordinaire de la Catalogne avec quatre œuvres remarquables, dont celles de l’artiste visuelle Alba G. Corral, qui collabore avec Alex Augier et Lo Kindre au Tramway, et cabosanroque au CCA. Nous tenons à remercier l’Institut Ramon Llul pour son soutien dans la présentation de ce travail dynamique.
Dans le plus pur style Sonica, nous continuons à présenter de la musique dans des lieux insolites et inattendus. Cette année, les 100 claviers de l’ASUNA dévoilent la glorieuse usine de moteurs de Maryhill – un entrepôt victorien magnifiquement rénové qui abrite toujours la grue Royce Ltd – ainsi que l’un de nos sites préférés, le Mausolée de Hamilton, avec un concert de Luke Fowler. 2019 verra également notre premier partenariat avec le National Trust for Scotland alors que nous présentons l’installation extérieure Sound Horn de Katie J. Anderson dans le labyrinthe Parterre Garden à Pollok House.
Enfin, nous aimerions remercier tous nos partenaires et lieux de rencontre, en particulier Tramway, The Lighthouse, CCA et les nombreuses ambassades et fonds fiduciaires qui ont rendu possible la Sonica Glasgow 2019 ; sans eux, Sonica ne pourrait exister.
Plus de la moitié du festival est gratuit pour tous – hourra ! – et nous espérons que vous trouverez nos 11 jours d’art sonore à la fois inspirants et inoubliables.
Merci de vous joindre à nous et de partager vos expériences du festival avec nous.
Sonica est pour vous !
Cathie Boyd, commissaire

Documentaire : Archéologie du synthétiseur EMS

Émission dédiée à un documentaire sur le studio légendaire EMS ( Electronic Music Studio ) qui commercialisera dès la fin des années 60 des synthétiseurs qui auront un impact déterminant dans les musiques électroniques et électroacoustiques. Rencontre avec son fondateur Peter Zinovieff.

A écouter sur l’Expérimentale de France Musique

Un documentaire d’Alexandre Bazin avec Peter Zinovieff, co-fondateur de l’EMS avec David Cockerell et Tristam Cary. Yann Geslin, compositeur et pédagogue, membre actuel du GRM depuis les années 70 précise l’impact des synthétiseurs EMS sur la musique du GRM. 

site internet de l’EMS : http://emssynthesisers.co.uk

Production : François Bonnet, réalisation : Alexandre Bazin

Partenaire : ina

Biennale NEMO 2019

Soirée de lancement au Trianon, le 6 octobre
C’est avec un enthousiasme non dissimulé que nous avons le plaisir de présenter une nouvelle édition de la Biennale des arts numériques Némo qui se tient du 3 octobre 2019 au 9 février 2020, dans plus de 40 lieux à Paris et en Île-de-France !
Le CENTQUATRE-PARIS s’est vu confier la direction générale et le  budget de la manifestation par la Région Ile-de-France. Gilles Alvarez, fondateur de Némo, intègre l’équipe du CENTQUATRE-PARIS et continuera  d’en assurer la direction artistique. L’édition 2019/2020 a été imaginée sur les bases des précédentes avec  d’ores et déjà certaines évolutions qui préfigurent une édition  2021/2022 entièrement repensée. La Biennale s’applique à elle-même la  plasticité et le renouvellement qu’elle exige des états de l’art qu’elle  présente, poreux, à un âge numérique qui ne saurait être qu’en  perpétuel mouvement.
Un ADN préservé et en cours de mutation. C’est le moins qu’on puisse  demander à une manifestation qui s’attache à donner la parole aux  artistes d’un art numérique inventeur de formes. On y retrouve donc :   l’art contemporain numérique, le spectacle vivant en prise avec les nouvelles technologies, la création dans l’espace public et dans les lieux patrimoniaux, les rapports entre les arts et les sciences, les enjeux sociétaux du numérique et bien sûr l’irrigation des territoires d’Île-de-France par les nouvelles formes de créations pluridisciplinaires  La Biennale est un moteur aux centres de gravités multiples qui existe  par la force démultipliée de tous nos partenaires, artistes,  producteurs, lieux de diffusion et institutions culturelles qui ont  forgé cette édition autant que les précédentes. Ils ont participé à  assurer la pérennité de cette édition et dès à présent à imaginer  ensemble sa prochaine transformation.
Prosopopées, en 2015, c’était la possible autonomie des machines. Hasard, accident ou sérendipité ?,  en 2017, c’était la finitude et le hasard (définissant l’humain et la  vie biologique en général) aux prises avec la toute-puissance des  algorithmes, voire à une certaine « soumission volontaire » liée aux  réseaux sociaux, aux objets connectés ou à la domotique. Nous y répondions par la créativité des artistes et leur capacité à  organiser le hasard, et la dimension critique qu’ils nous offrent en  réintroduisant l’aléatoire et le libre-arbitre dans notre société  numérique de plus en plus prévisible.
La Biennale Némo 2019/2020 vous propose la conclusion de ce  cycle, avec une question encore plus ouverte : le genre humain est-il appelé à disparaître : feu le genre humain ? Nous interrogerons ainsi la disparition possible de l’humanité, pas  nécessairement sous l’angle écologique (pourtant essentiel), mais sous  l’angle des nouvelles technologies et en particulier des fameuses NBIC  (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences  cognitives). Il y sera question de l’omniprésent concept « d’intelligence  artificielle » (un oxymore ?), de l’apprentissage exponentiel des  machines, des réalités augmentées et virtuelles appliquées à la vie  quotidienne, de la « main invisible » des datas, de l’homme « augmenté »  et de toutes ses qualités et fonctions qui dans le même élan seront  diminuées, de la Singularité qui nous est promise, du post-humanisme, du  transhumanisme et du post-anthropocène.
Et, comme lors des épisodes précédents,  dans une approche résolument humaniste plutôt que tout autre.  Mais ne dévoilons pas l’histoire avant que les artistes n’aient écrit ces futurs !
Le design spéculatif (ou design fiction) sera une des méthodes employées  pour exposer ces nombreuses questions, sous le prisme de l’art. Des  récits ou des objets plus ou moins futuristes, désirables, dérangeants  ou dystopiques, devraient nous permettre de mieux appréhender ces futurs  qui s’inventent au présent. Ces représentations artistiques de futurs possibles susciteront  assurément des débats autour de nos enjeux de société et des futurs  préférables pour nous suggérer qu’il est encore et toujours temps  d’agir.
Gilles Alvarez, Directeur artistique de la Biennale Némo
José-Manuel Gonçalvès, Directeur du CENTQUATRE-PARIS

Festival maintenant

Maintenant est un festival d’arts, de musiques et de nouvelles technologies.
10 jours de concerts, expositions, installations et conférences, sur Rennes Métropole.
Maintenant est né en réponse à l’accélération et à la démocratisation des nouvelles technologies. Le désir de voir, d’entendre, de vivre et de participer à des expériences uniques.
Maintenant aspire à promouvoir l’innovation et la créativité ainsi que l’intérêt du public pour les développements actuels des arts, de la culture et de la société, en favorisant les rencontres entre oeuvres, artistes, publics, étudiants et professionnels.
Maintenant est multidisciplinaire, créatif et accessible.
Les artistes 2019
A.N.I (Bear Bones, Lay Low BE + Black Zone Myth Chant FR + Don’t DJ DE)
Astrid Sonne DK — Asuna JP — AZF FR — Ben Bertrand BE — Benjamin Cochois FR
Cera Khin TN/DE — Crystallmess FR — Dynamorphe FR — Elly Oldman FR
Errorsmith DE — Hatis Noit JP/UK — Ines Alpha FR — Julie Stephen Chheng FR
Klass Sirius FR — Kooper FR — Kryshe DE — Leissen FR — Laurie Rowan UK
Lucas Paris CA/FR — Mad Miran NL — Maison Tangible & Errratum FR
Marie-G. Losseau & Yann Deval BE/FR — Michela Pelusio IT — Molécule FR
Nicolas Bazoge FR — Obsequies BE — OD Bongo FR/BE — Ouai Stéphane FR
panGenerator PL — Pantha du Prince DE — Peach CA/UK — Playtronica RU/FR
Pura Pura FR — Radio Minus DJ spécial Chevance (etc.) FR — re:ni UK
Sentimental Rave FR — Sherelle UK — Slikback KE — Studio Superbe BE
Thomas Pons FR — Upsammy NL — Utilitaire Disk FR — Vanadís FR
Vincent Leroy
Les intervenant.e.s 2019
Aurélien Fache FR — Anatole Lecuyer / Inria FR — Antoine Cardon / DV Group FR
Bérénice Sellier & Carine Le Malet / Le Cube FR — Carine Claude FR
Cédric Huchet / Stereolux FR — Charles Ayats / Red Corner FR
Étienne Mineur / éditeur FR — Frédéric Deslias / Le Clair Obscur FR
Gaël Seydoux / InterDigital FR — Guillaumit FR — Jérôme Royan / b<>com FR
Juliette Josselin / Electroni[k] FR — Marie du Chastel / KIKK BE
Merryl Messaoudi / Crossed Lab FR — Pierre Berthou / Farsight FR
Pierre Cattan / Small Bang FR …