Riojy Ikeda – Continuum

Ryoji Ikeda explore la musique expérimentale dès les années 1980, lorsqu’il prend part à la formation du groupe interdisciplinaire japonais Dumb Type dont les installations complexes investissent avec un regard critique l’essor des technologies numériques. Dans ses installations procédant par systèmes éphémères, le son et la lumière sont des objets mathématiques, dont on suit toutes les manipulations. Le Centre Pompidou invite l’artiste sonore et visuel à présenter deux installations inédites. Les deux nouvelles pièces formant « continuum », articulées en un espace noir et un espace blanc, proposent au visiteur une expérience immersive, visuelle et sonore déroutante, sans début ni fin.

Commissariat coordonné par Marcella Lista, chef du service Nouveaux médias (Musée national d’art moderne).

DATE(S)
VEN 15 JUIN AU LUN 27 AOÛT,
11H00 – 21H00
LIEU
CENTRE POMPIDOU GALERIE 3

PLAN D’ACCÈS

ENTRÉE AVEC LE BILLET « MUSÉES ET EXPOSITIONS » DU CENTRE POMPIDOU.
LE BILLET DES CONCERTS RYOJI IKEDA 1, 2 ET 3 DONNE ACCÈS AUX EXPOSITIONS « CODER LE MONDE » ET « RYOJI IKEDA » LES 15 ET 16 JUIN.

Ryoji Ikeda (né en 1966), vit et travaille à Paris et Kyoto. Il est reconnu comme étant un artiste majeur au Japon, à la fois compositeur de musique électronique et artiste en arts visuels. Il concentre son travail sur les caractéristiques essentielles du son en lui-même et sur l’image en tant que lumière avec une précision et une esthétique empruntée aux mathématiques. Ikeda est réputé pour être l’un des rares artistes internationaux produisant une œuvre pertinente à la fois dans les arts visuels et les médias sonores et acoustiques. Il orchestre de façon très précise et intègre son, image, matière, phénomènes physiques et notions mathématiques dans des performances immersives « live » ou des installations.

Parallèlement à son activité purement musicale, Ikeda travaille sur des projets à long terme au travers de performances « live », des installations, des livres et des Cds dont voici quelques exemples : datamatics (2006 -), test pattern (2008 -), spectra (2001 -), cyclo., un projet en collaboration avec Carsten Nicolai, superposition (2012 -), supersymmetry (2014 -) et micro /macro (2015 -).

Il se produit et expose à travers le monde dans des lieux tels que le Musée d’art contemporain de Tokyo, le Musée d’art de Singapour, Ars Electronica à Linz, le festival Elektra à Montréal, les festivals Grec et Sonar à Barcelone, Aichi Triennale à Nagoya, le Palais Grassi à Venise, Park Avenue Armory à New-York, la Whitechapel Gallery à Londres, le Barbican Centre et la Somerset House à Londres, le musée d’art de Bogota, Hamburger Banhof à Berlin, DHC/Art à Montréal, le Festival d’Automne au Centre Georges Pompidou à Paris, la Biennale de Sharjah, Carriageworks à Sydney, la Triennale d’Auckland, le MONA Museum Hobart-Tasmania, la Ruhrtriennale, la Fondation Telefonica à Madrid, le Kyoto Experiment Festival, ACT Centre Gwangju en Corée, le Musée des arts et des sciences de Singapour, Kunstverein à Hanovre, le Vinyl Factory et à ZKM, centre d’art et média à Karlsruhe, entre autres.

En 2016-17 il a créé en collaboration avec l’ensemble Eklekto (Genève) actuellement en tournée, le spectacle acoustique « Musique pour percussion ». Il a pris part à des expositions collectives telles que « Élévation 1049 » : à Avalanche à Gstaad (CH), au Centre Pompidou de Metz (FR), au Festival d’Automne de La Villette à Paris (FR) au Center for the Art of Performance de UCLA, Los Angeles (USA), et il a également créé une symphonie « drone » A [for 100 cars] à la demande du Festival de la Red Bull Académie de Los Angeles.

En 2018 il prend part à des expositions collectives telles que « Artistes et Robots » au Grand Palais à Paris (FR), « Experience Traps » au Musée Middelheim à Anvers (BE), entre autres, et présente également des expositions individuelles au Centre Pompidou à Paris (FR), à Carriageworks à Sydney (AU), au Garage à Moscou (Russie) et au Musée Eye Film à Amsterdam (NL). En juin il inaugurera spectra, installation permanente à Mona Hobart en Tasmanie (AU). Il présentera des pièces pour concert au Centre Pompidou / Festival ManiFeste à Paris (FR) ainsi qu’au Spiral Hall à Tokyo (JP).

Ses albums +/- (1996), 0°C (1998), matrix (2000), dataplex (2005), test pattern (2008) et supercodex (2013) font partie de l’avant-garde du nouveau courant minimaliste de la musique électronique au travers de techniques et d’esthétiques à la fois très précises et pointues. The Solar System (2016) édition vinyle limitée et Music for percussion (2017) sont tous deux sortis chez The Vinyl Factory. Début 2018 il crée sa source d’information en ligne sous le nom de « codex/édition ».

Il est le lauréat du Prix Ars Electronica Collide@CERN 2014.

http://www.ryojiikeda.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s