Festival l’Espace du Son

Du 8 au 12 novembre le festival l’Espace du Son vous emmène pour une expérience captivante de concerts au théâtre Marni à Bruxelles.

L’Espace du Son est un festival international de musique acousmatique. Il figure parmi les festivals les plus importants au monde qui soient entièrement dédiés à la création acousmatique. C’est un véritable espace d’exploration pour ceux et celles curieux de laisser leur imaginaire se plonger dans la découverte de territoires sonores. Pour cette 24ème édition, la compositrice franco-argentine Beatriz Ferreyra, pionnière de la musique concrète, est à l’honneur du festival à l’occasion de son 80ème anniversaire.

Xiaofu Zhang, figure incontournable de la musique électronique en Chine interprètera ses oeuvres sur l’acousmonium, tout comme les compositeurs Panayiotis Kokoras, Daniel Teruggi, Robert Normandeau et bien sûr Beatriz Ferreyra. Une performance live de Sylvie Bouteiller aura également lieu dans le bar.

ENTREE GRATUITE : concours Espace du Son, masterclasses, performance live, atelier de composition
PASS 5 JOURS CONCERTS : 20 € / par jour 10 € – 15 €

Découvrez le programme sur http://www.lespaceduson.be/

Vague Horizon

Vague horizon, exposition d’Alexandre Joly

Vernissage jeudi 9 novembre à 18H30 / Exposition du 9 au 25 novembre 2017

Il y a comme une « fresque sonore » qui habille un mur du TNB…

Des hauts-parleurs dorés, de la taille d’une hostie, sont aimantés sur des clous et reliés avec du fil de laiton et des cordes de piano en acier. La perception de l’espace est brouillée, d’autant que les sons, entre nappes abstraites, simples vibrations ou bruits insolites, se superposent parfois. Et comme les murs ont des oreilles…

Né en 1977, Alexandre Joly vit et travaille à Genève où il a étudié le design industriel et les Beaux-arts. A la fois graphiques et sonores, faisant souvent référence au monde animal (à l’instar de Fish Skin grande fresque reprenant un motif en écaille de poisson), les installations d’Alexandre Joly allient perception synesthétique et volumes ornementaux. Ces dernières années, il a reçu plusieurs prix et bourses de création. Ses œuvres ont notamment été exposées à Los Angeles, Berlin, Shangai, Genève, plus rarement en France. Son travail se caractérise par l’utilisation de matériaux pauvres au service d’oeuvres flirtant avec l’onirisme. Souvenirs personnels d’enfance liés aux machines sonores et carnets de voyages sont autant de sources d’inspiration de cet artiste.

Installation visuellement sonore, »Vague horizon » sera exposée tout au long du Festival TNB.
Le vernissage a lieu le jeudi 9 novembre à 18h au TNB.

Coproduction : Le Théâtre National de Bretagne; le Bon Accueil – lieu d’arts sonores.

https://www.t-n-b.fr/programmation/alexandre-joly

Espaces sonores

Journée d’études et concerts autour de la notion d’espaces sonores.

10 – 11 novembreFerme de Quincé – Rennes

********************************
PROGRAMME
Matin :
Campus Villejean, Bât. B, Salle B021 :
9 h15 accueil,
9h30 : ouverture par Guillaume Borde.
9h45: Matthieu Saladin : Le feedback et la production de l’espace.
10h15: Severine Cauchy : l’homme de Porlock ou l’interrupteur imprévu.
10h45 : pause
11h00 Daniele Balit et Anne Zeitz : Max Neuhaus – Topographie d’un espace (in)audible.
11h30 discussions

Après-midi :
Campus Villejean, Bât. O, Salle O304 :
14h00 : accueil
14h15 : Damien Simon
14h45 : Yvan Etienne / Yann Gourdon : Le Verdouble
15h15 : Pause
15h30 : Yann Serrandour : Pièces pour Clavecin
16h00 : Valentin Ferré : Présentation du travail de workshop
16h30 : restitution et médiation du travail de workshop

Soirée
Ferme de Quincé :
20h30 : CONCERTS
Bertuff (Morgan Daguennet) – www.bertuf.org
Valentin Ferré – valentinferre.net
Le Verdouble (Yvan Etienne, Yann Gourdon) – www.la-novia.fr/le_verdouble.html
Descendeur (Arno Bruil) – www.arnobruil.org

Du 03 au 10/11 : Workshop de Valentin Ferré avec des étudiants de l’université Rennes de l’Ecole Supérieure d’Art de Bretagne – Rennes, et de l’Ecole Nationale d’Architecture de Bretagne :
La dimension sculpturale du son ainsi que ses caractéristiques acoustiques liées aux édifices architecturaux seront les fils conducteurs du workshop. Nous prendrons le temps d’écouter et d’observer les environnements acoustiques du Campus Villejean et de l’Ecole des Beaux-arts, ainsi que leurs différents « rythmes » (sonores, architecturaux, humains…) afin de faire une proposition qui puisse s’y intégrer de l’intérieur.
L’apprentissage ainsi que l’élaboration de cartes isophoniques constituera un des points de départ possible. Nous aborderons notamment les travaux de Max Neuhaus, Alvin Lucier, Francesco Carreri, La Monte Young, Robert Murray Schafer

********************************
Coordination : Guillaume Borde.
Comité scientifique : Anne Zeitz, Guillaume Borde.

********************************
Cette journée se propose dans un premier temps d’identifier et d’analyser les conditions d’émergence des questions relatives à l’espace des sons dans le champ de l’art ainsi que leur rôle décisif dans la constitution d’une pensée proprement plastique du sonore.
Qu’il soit envisagé comme un nouveau paramètre composable de l’œuvre, ou, à l’inverse, comme élément avec lequel il faut composer au sein d’un processus – l’un n’excluant pas nécessairement l’autre – sa spatialité incite à penser le son en terme de volume.
Qu’en est-il de la nature de l’espace sonore ainsi envisagé ? Dès lors que l’on admet cette dimension spatiale du phénomène comme part active du processus, ne peut-on considérer le son comme une forme particulière d’organisme et l’œuvre comme un écosystème ?
Ces questions, abordées au travers d’une pluralité de regards, mettront en évidence le caractère épistémologique de cette problématique et les modalités selon lesquelles elle intègre des préoccupations aussi bien plastiques, musicales, architecturales, poétiques voire mystiques, que sociales ou culturelles.
Dans un second temps, il sera question de discuter et d’éprouver différentes formes de l’historicité et de l’actualité du son en portant spécifiquement l’attention à la situation de l’exposition dans sa double acceptation : exposer le son et être exposé au son.
Il s’agira d’identifier les mécaniques spécifiques aux situations de l’œuvre sonore envisagée en tant qu’espace. En quoi imprègnent-elles et modifient-elles non seulement les pratiques artistiques mais également la forme de l’exposition, tant depuis le point de vue du plasticien que de celui du commissaire ou du public. Seront notamment évoqués à ce titre les travaux de Max Neuhaus, Alvin Lucier, Rodney Graham, Marianne Amascher, Le Verdouble.
Le travail de réflexion autour de ces éléments théoriques sera prolongé par un travail de recherche plastique sous la forme d’un workshop conduit par l’artiste Valentin Ferré.

https://www.facebook.com/events/295434450945366/