L’Atelier(s) : Warn!ng

Premières représentations cette année en collaboration avec le Théâtre du Mega Pobec, La Nuit Acoustique (Sur Onde #4) par le Collectif WARN!NG est à consonance sonore. Tout le travail de recherche mené par le collectif en résidence à la chapelle du Mega Pobec est basé sur les intentions et manipulations sonores liées à l’espace. Une expérience sensorielle à ne pas manquer.
|’Atelier(s) soutient ce spectacle dans le cadre de la saison 2015 du Théâtre Mega Pobec.
Dimanche 22 Mars 2015 – 17h | Lundi 23 Mars 2015 – 18h
Chapelle MEGA POBEC, Evreux
 
Collectif WARN!NG (Fr) 
Musique de chambre à géométrie variable
Collaboration |’Atelier(s) | Cie Mega Pobec 
Avec le soutien de l’association AIDA
Ouverture des portes 30mn avant
Tarif 12 €, réduit 8€ | Réservations au 02 32 31 34 44 | mega.pobec@orange.fr
La ChapelleThéâtre Méga Pobec, rue de la Cavée-Boudin, 27000 Évreux
 92B58CA5-ACE9-4DE0-819F-C7903976F4F6
Onde, n.f. : Propagation d’une perturbation.
Le son rebondit, les surfaces vibrent et tremblent, les images se distordent, des interférences surgissent. pour le collectif WARN!NG, le son est une énergie qui bouleverse la matière…
Le travail sonore du collectif WARN!NG est indissociable de son travail sur l’espace. De manière générale WARN!NG ne conçoit celui-ci que comme un miroir sur lequel sont projetées des réalités musicales afin qu’elles s’offrent différemment à la compréhension du public.
Célébrant l’héritage de la musique spectrale, Sur Onde #1, #2, #3 comprenaient initialement des œuvres de Giacinto Scelsi, Gérard Grisey, Tristan Murail…
Sur Onde #4 s’intitule “La Nuit Acoustique” et s’articule autour des musiques de Laurent Durupt et Alexandros Markeas.
L’argument fondamental de cette version du spectacle est une lecture lucide, parfois cynique, souvent comique, de documents traitant du son comme moyen de manipulation :
 « […] l’oreille est une cible vulnérable : on ne peut pas la fermer, on ne choisit pas ce qu’elle entend, et les sons qui l’atteignent peuvent modifier profondément notre état psychologique ou psychique »
(Juliette VOLCLER, Le Son comme arme. Les usages policiers et militaires du son.)
Faisant référence dans le titre à l’une des dernières lettres d’Urlike Meinhof décrivant ses sensations issues de la torture pas la privation sensorielle. Ce spectacle, coécrit par les interprètes et les compositeurs, ne se veut ni alarmiste, ni didactique, encore moins moralisateur ; c’est un espace d’écoute de ces sons détournés par la science et l’armée, que les membres de WARNI!NG se réapproprient.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s